• Accueil
  • Communiqués
  • Communiqués d'actualités

Communiqués d'actualités

18 mai 2020

UNE INJECTION DE PRÈS DE 600 000$ DANS LA CIRCONSCRIPTION DE MONTARVILLE QUI TOMBE À POINT, ALORS QUE S’AMORCE LA RELANCE ÉCONOMIQUE!

UNE INJECTION DE PRÈS DE 600 000$ DANS LA CIRCONSCRIPTION DE MONTARVILLE QUI TOMBE À POINT, ALORS QUE S’AMORCE LA RELANCE ÉCONOMIQUE!

Le député de Montarville, M. Stéphane Bergeron, annonce un investissement de près de 600 000$ dans la circonscription fédérale de Montarville au cours des prochaines semaines. Ces sommes permettront la création, cet été, d’une centaine d’emplois pour des jeunes de 15 à 30 ans, et ce, par l’entremise du programme Emplois d’été Canada. «Ce programme récurrent de subvention salariale permettra à près d’une trentaine d’organismes, municipalités et entreprises de la circonscription de procéder à l’embauche de jeunes et leur donner l’occasion de vivre une expérience formatrice, qui leur sera assurément bénéfique pour la suite de leur parcours professionnel, en plus de contribuer au développement économique et social de notre région», d’expliquer M. Bergeron. Certaines priorités avaient été identifiées pour l’attribution des emplois dans les limites de l’enveloppe octroyée, dont: permettre l'intégration des personnes handicapées; mettre en place des initiatives visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à protéger les milieux naturels, de même que les superficies boisées; mettre en place des mesures visant à soutenir les aînés, assurer la mise en place de logements sociaux et adaptés; et soutenir l'intégration des immigrants en favorisant la francisation et la laïcité. Évidemment, en raison de la présente pandémie, certaines priorités ont été ajoutées, dont: soutenir les organismes d’aide alimentaire et offrant des services de première ligne, ainsi que les CHSLD et résidences pour aînés ayant particulièrement été affectées par la COVID-19. Signalons par ailleurs qu’en raison de la crise sanitaire, des modifications temporaires et extraordinaires ont été apportées au programme Emplois d’été Canada, dont: augmentation de la subvention salariale pour permettre aux employeurs de recevoir jusqu’à 100 % du salaire minimum pour chaque employé; possibilité de prolonger la période d’emplois jusqu’au 28 février 2021; possibilité, pour les employeurs, d’adapter les projets pour soutenir les services essentiels et embaucher du personnel à temps partiel; et possibilité, pour les employeurs susceptibles d’intervenir dans le cadre de la présente crise sanitaire, de présenter une demande après la période de fermeture du programme, ce qui n’est maintenant plus possible, puisque la sélection des projets est maintenant complétée. «En période de crise, l’embauche de jeunes offrira notamment un répit aux organismes qui travaillent d’arrache-pied depuis le déclenchement de l’alerte sanitaire, le 13 mars dernier, et dont le bassin de bénévoles, souvent âgés de plus de 70 ans, s’est considérablement amenuisé, alors que les besoins s’accroissaient de façon exponentielle. J’invite les jeunes à être à l’affût des offres d’emploi qui seront prochainement disponibles. La présente pandémie requiert plus que jamais qu’on se serre les coudes. Grâce au programme Emplois d’été Canada, entre autres, nos jeunes pourront apporter leur concours à la sortie de crise. Nous comptons sur eux», de conclure Stéphane Bergeron.

18 mai 2020

Ambulances Demers s’allie au CISSS de la Montérégie-Centre pour prendre soin des résidents

Depuis cette semaine, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Centre compte parmi ses rangs de nouveaux travailleurs d’exception à titre de paramédics communautaires.Grâce à un prêt de service volontaire de l’entreprise Ambulances Demers, 21 paramédics et futurs diplômés viennent en renfort à l’équipe du CHSLD Henriette-Céré pour les prochaines semaines. « Plus que jamais en contexte de pandémie, il est apprécié et touchant de recevoir un tel élan d’entraide de la part d’un partenaire. Je salue la générosité des paramédics d’Ambulances Demers envers nos résidents et notre personnel », souligne Richard Deschamps, président-directeur général du CISSS de la Montérégie-Centre. «Je suis fier de la réponse de nos paramédics à notre proposition d’aller prêter main-forte aux partenaires du CISSS Montérégie Centre. Nos paramédics recrues et séniors sont des personnes motivées, qualifiées et dévouées au bien-être des ainées. Leurs grandes compétences gagnent à être connues et la paramédecine communautaire est au cœur de notre mission.Notre entreprise est heureuse de contribuer à l’effort du personnel du CHSLD Henriette-Céré », souligne Stéphane Demers, président-directeur général d’Ambulances Demers inc. Pour veiller à la sécurité et aux bons soins des résidents, la nouvelle main-d’œuvre a reçu une formation intensive les derniers jours. Au sein du groupe, on compte huit paramédics d’expérience et 13 recrues en voie de recevoir leur licence. Celui-ci a été divisé en deux cohortes, dont la première œuvre au CHSLD depuis mardiet l’autre débutait hier. En ces temps de crise sanitaire, il s’agit du plus grand contingent de paramédics à se joindre aux forces d’un établissement de santé. Ils prêteront main-forte aux équipes du CHSLD Henriette-Cérépour une périodede30 joursqui pourrait s’allonger en fonction des besoins. L’expertise et l’empathie des paramédics d’Ambulances Demers permettront assurément d’apporter du soutien au personnel en place, soutien dont les résidents seront les premiers bénéficiaires.

18 mai 2020

Accélération des projets de transport collectif et d’amélioration du réseau routier Des mesures-clés pour une relance, selon l’UMQ

Accélération des projets de transport collectif et d’amélioration du réseau routier Des mesures-clés pour une relance, selon l’UMQ

 L’Union des municipalités du Québec (UMQ) accueille positivement l’annonce faite cet après-midi par le gouvernement du Québec de devancer des investissements totalisant 600 millions $ afin de mettre en chantier des projets de transport collectif et 370 millions $ pour des projets visant à améliorer le réseau routier. Aujourd’hui, le gouvernement répond à une mesure phare du Plan de relance économique municipal de l’UMQ.« Chaque dollar investi en infrastructure génère jusqu’à 1,64 $ en croissance économique. C’est la meilleure façon d’assurer la relance de notre économie. Il faut regénérer de la richesse et remettre les gens au travail. Les petits comme les grands projets doivent être lancés rapidement, dans toutes les régions du Québec. Les municipalités sont au rendez-vous pour participer à la relance et mettre en œuvre les chantiers qui sont prêts à démarrer », a déclaré madame Suzanne Roy, présidente intérimaire de l’UMQ et mairesse de Sainte-Julie.Le Plan de relance économique municipal de l’UMQ s’appuie sur quatre axes stratégiques d’intervention : le développement durable, la mise en chantier des projets d’infrastructure, la vitalité des municipalités et des régions et le soutien aux commerces de proximité et aux entreprises. Le plan de relance a été élaboré de concert avec les municipalités membres de l’Union, mais également avec plusieurs partenaires économiques d’importance.L’UMQ rappelle que la crise de la COVID-19 a entraîné des impacts financiers majeurs pour les municipalités. Malgré une gestion rigoureuse de leurs budgets, celles-ci doivent faire face à la fois à une baisse substantielle de leurs revenus et à une augmentation significative de leurs dépenses. On estime en effet entre 852 millions $ et 1,2 milliard $ les pertes financières que devront absorber les municipalités québécoises d’ici la fin de 2020, dont près de 60 % sera occasionnée par une chute marquée des revenus pour les sociétés de transport collectif.

14 mai 2020

Ouverture des parcours de golf du Québec

Le Gouvernement du Québec, par la voix de la ministre déléguée à l'Éducation et ministre responsable de la Condition féminine, madame Isabelle Charest, vient d’autoriser l’ouverture des parcours de golf en date du 20 mai prochain pour tous les parcours de golf du Québec. Cette annonce est accueillie avec enthousiasme par toutes les parties prenantes de l’industrie du golf. La Table de concertation du golf a produit et remis un guide d’ouverture des parcours à la Direction de la santé publique au cours des dernières semaines. Ce protocole, qui respecte les consignes de la santé et la sécurité de la clientèle et des employés, a également été approuvé par la DSP.  Tous les établissements de golf du Québec ont reçu ce protocole et s’affairent déjà à mettre les mesures en place afin d’accueillir la clientèle dès l’ouverture des parcours. Ces directives sont au cœur des préoccupations et des opérations des clubs.  En cette période de déconfinement qui se poursuit en province, les parcours de golf seront heureux de pouvoir rendre accessible les espaces de jeu à leur clientèle. La pratique du golf est remplie de bienfaits pour la santé mentale et physique. Après cette période de confinement de plusieurs semaines, la population a besoin de recommencer à bouger. La collaboration des golfeurs et golfeuses sera essentielle au respect des mesures qui seront mises en place. Il sera important de démontrer qu’ensemble nous sommes une industrie collectivement et individuellement responsable.  Le retour à la pratique du golf contribuera aussi favorablement à un autre objectif du gouvernement, soit le retour à l’emploi des travailleurs et à la reprise de l’économie locale.

14 mai 2020

Le Bloc Québécois en faveur de l’admission de Taïwan à titre d’observateur au sein de l’Organisation mondiale de la Santé

Le Bloc Québécois en faveur de l’admission de Taïwan à titre d’observateur au sein de l’Organisation mondiale de la Santé

– Le député de Beloeil-Chambly et chef du Bloc Québécois, M. YvesFrançois Blanchet, le député de Montarville et porte-parole de sa formation politique en matière d’affaires étrangères, M. Stéphane Bergeron, ainsi que le député de Montcalm et porte-parole en matière de santé, M. Luc Thériault, ont déclaré soutenir l’appui récemment donné par le Canada afin de permettre à Taïwan de se voir octroyer un statut d’observateur au sein de l’Organisation mondiale de la Santé. « J’ai maintes fois eu l’occasion de me prononcer en faveur du droit, pour la population de Taïwan et son gouvernement, de faire les choix qui leur apparaissent les plus appropriés. Dans cet esprit, il me semble aller de soi que nous soutenions la demande formulée par Taïwan à l’effet d’obtenir le statut d’observateur au sein de l’Organisation mondiale de la santé », de déclarer M. Blanchet. «Nous sommes conscients de la politique d’une seule Chine prônée par la République populaire de Chine et ne souhaitons pas nous immiscer dans les affaires intérieures chinoises, mais il nous apparaît possible, voire même souhaitable, pour toutes les parties en cause, de trouver une solution de compromis qui ne contreviennent pas aux positions de l’une et l’autre de ces parties, en plus de favoriser un apaisement salutaire dans la recherche d’une solution pacifique pour la suite des choses, un peu comme elles sont parvenues à le faire au niveau du mouvement olympique international, par exemple», a ajouté Stéphane Bergeron. « La gestion de la pandémie de COVID-19 par Taïwan s’est révélée exemplaire et, dans la perspective d’un effort concerté à l’échelle internationale pour endiguer cette maladie, nous croyons qu’il est particulièrement indiqué de ne laisser personne sur la touche, surtout dans les cas susceptibles d’apporter une contribution éminemment constructive à cette lutte impliquant l’ensemble de l’humanité », a conclu M. Thériault. Rappelons que Taïwan, qui compte 23 millions d’habitants, est le 13e partenaire commercial du Canada et que cet État insulaire, à l’instar de la République populaire de Chine elle-même, a offert son aide et sa collaboration au gouvernement canadien dans le cadre de la présente pandémie.

13 mai 2020

Xavier Barsalou-Duval fait le point au sujet du quai fédéral à Verchères

Xavier Barsalou-Duval fait le point au sujet du quai fédéral à Verchères

Interpellé par nombre de citoyens à la suite des nouvelles restrictionsd’accès au quai fédéral de Verchères, le député de Pierre-Boucher-Les Patriotes-Verchères, Xavier Barsalou-Duval, tient à faire le point pour informer la population de la portée de son implication dans le dossier.« Ce quai fait partie intégrante de l’identité des Verchèrois et peuple leur imaginaire depuis des générations. Tout comme mes partenaires municipaux, je demeure fermement engagé à me battre pour la préservation de notre quai à Verchères », a déclaré Xavier Barsalou-Duval.Depuis plusieurs années, le quai n’était déjà plus accessible aux automobilistes et récemment la section nord avait été fermée aux piétons. Mais dorénavant, c’est l’ensemble de l’accès piétonnier qui sera interdit d’usage au public. Ces nouvelles restrictions ont été imposées en raison de l’état de dégradation avancée du quai. « À la suite de l’annonce des restrictions d’accès, j’ai aussitôt pris connaissance du rapport d’inspection et avisé le maire de la municipalité, monsieur Alexandre Bélisle qu’il s’agissait pour moi d’un dossier prioritaire et que je comptais demeurer un partenaire de tous les instants pour les étapes à venir », a ajouté le député de Pierre-Boucher – Les Patriotes — Verchères. Vingt ans après le dernier examen du quai, Pêches et Océans Canada octroyait à nouveau un mandatd’inspection dont l’exécution eut lieu au cours de l’été 2019. Le rapport a finalement été rendu aux autorités le 23 avril 2020. Il faut savoir que déjà, lors de l’inspection de 1998, la durée de vie résiduelle du quai avait été évaluée à seulement 5 ans. « L’entretien défaillant des installations de Verchères par le gouvernement canadien n’est pas un cas isolé, mais plutôt une pratique généralisée. Cette négligence provient du fait qu’Ottawa veut se départir de ses infrastructures portuaires dites non stratégiques pour ne plus avoir à en assumer les frais. Dans les circonstances, je comprends tout à fait que la municipalité refuse de prendre possession du quai tant et aussi longtemps que celui-ci ne sera pasremis en état », a dénoncé le député bloquiste. Ce quai prisé par les amoureux du fleuve comme par les cyclistes et les amateurs de pêche est aussi une infrastructure essentielle utilisée par la SIMEC qui a la capacité d’intervenir en cas de déversement pétrolier. En outre, parmi les utilisateurs actuels, on peut compter les agriculteurs desîles, l’entreprise Chaloupes Verchères ainsi que de nombreux plaisanciers qui y accostent leurs embarcations. Ces installations en eaux profondes figurent également au palmarès des plus rares à pouvoir accueillir des bateaux de croisière.« Dans l’année qui vient de s’écouler, nous avons eu plusieurs rencontres avec les représentants de la municipalité de Verchères et mon bureau a de plus contacté ceux de la ville de Nicolet, aux prises avec une situation semblable à celle de Verchères. Les travaux de restauration qui avaient été évalués à environ 2 M$ ont été effectués l’hiver dernier entièrement aux frais du fédéral et la rétrocession est prévue en juin prochain », a indiqué le député. En terminant, soulignons que le quai de Verchères fut initialement érigé au XIXe siècle afin de sortir le bois de l’arrière-pays. Le phare fut ajouté au début du XXe siècle et le quai a été complètement rénové pour prendre sa forme actuelle au cours de la guerre de 39-45 afin de faciliter l’envoi des munitions au front. Au fil du temps, les multiples quais ont vu les propriétaires se succéder : la R & O Navigation Company, la Canadian Steamship Line et le Dominion du Canada qui racheta lesinstallations en 1917 après que son propre quai eut été emporté par la débâcle du printemps.« Ce quai à caractère historique a une valeur inestimable pour notre communauté. Madeleine abesoin d’un quai à garder et elle pourra compter sur ses élus pour s’acquitter de cette mission », aconclu monsieur Barsalou-Duval.— 3

08 mai 2020

Déclaration de la FCEI au sujet de la Subvention salariale d’urgence du Canada prolongée au-delà du 6 juin

Déclaration de la FCEI au sujet de la Subvention salariale d’urgence du Canada prolongée au-delà du 6 juin

La FCEI se réjouit de l’annonce du premier ministre, Justin Trudeau, faite aujourd'hui sur le prolongement de la Subvention salariale d'urgence du Canada (SSUC) au-delà du 6 juin. Il s'agit là d’une des principales recommandations que la FCEI a communiquées à tous les députés fédéraux dans une lettre envoyée plus tôt cette semaine. Nous sommes heureux que le gouvernement ait écouté attentivement les préoccupations des PME qui craignaient que ce programme d’aide nécessaire ne prenne fin avant même qu’elles puissent rouvrir leurs portes. Alors que nous entamons bientôt un troisième mois de fermeture de l’économie canadienne, il est important de rappeler que seulement 20 % des PME sont complètement ouvertes. La plupart des entreprises qui ont été contraintes de mettre à pied du personnel au début de la crise ne seront pas en mesure de réembaucher des employés sans soutien. Elles utiliseront donc le programme tant qu'elles ne pourront pas reprendre leurs activités normalement. La Subvention salariale d’urgence du Canada constituera une mesure de relance économique importante au moment où les provinces commencent tout juste à lever quelques-unes des restrictions et à autoriser certaines entreprises à rouvrir prudemment leurs portes. Elle permettra notamment à un plus grand nombre d'entreprises de rappeler ou de réembaucher rapidement du personnel même si une entreprise génère peu de revenus. Plus tôt cette semaine, la FCEI a également transmis ses recommandations concernant les correctifs à apporter à d’autres programmes d’aide destinés aux PME touchées par la COVID-19, comme le Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC) et l’Aide d’urgence du Canada pour le loyer commercial (AUCLC). Les propositions d’amélioration formulées par la FCEI portent entre autres sur la nécessité immédiate d’élargir le CUEC aux très petites entreprises familiales qui privilégient un revenu de dividendes plutôt qu’un salaire et à celles qui emploient des travailleurs contractuels au lieu d’employés. En ce qui concerne l’AUCLC, la FCEI a souligné le besoin d’offrir une aide directe aux locataires pour payer leurs loyers lorsque les propriétaires choisissent de ne pas participer au programme. La FCEI demeure disponible pour travailler avec le gouvernement sur un plan à plus long terme visant à éliminer progressivement ces programmes de soutien au fur et à mesure que les PME reprennent leurs activités normales.

08 mai 2020

Distanciation sociale, sécurité des clients, accès à de l’équipement de protection individuelle : la relance de l’économie préoccupe les PME

Distanciation sociale, sécurité des clients, accès à de l’équipement de protection individuelle : la relance de l’économie préoccupe les PME

À l’heure de la levée progressive des restrictions gouvernementales et de la relance de l’économie, les propriétaires de PME ont plusieurs défis à relever. Selon un nouveau sondage de la FCEI, leurs principales préoccupations sont le respect des règles de distanciation sociale (64 %), se tenir au courant des exigences liées au nettoyage et à la désinfection (55 %), s’assurer que les clients sont à l’aise (53 %), savoir quelles sont les règles (52 %) et avoir accès à des équipements de protection individuelle pour leur entreprise (48 %). « La relance de l’économie est une très bonne nouvelle, mais elle s’accompagne de certains défis d’ordre pratique pour les PME. Les entreprises se demandent, par exemple, comment rappeler leurs employés au travail, comment avoir suffisamment de gel désinfectant pour les mains ou encore comment faire respecter les règles de distanciation sociale, » fait remarquer Jasmin Guénette, vice-président des affaires nationales à la FCEI. À cet égard, le travail d’information de la CNESST au Québec a été très utile pour épauler les PME dans les nouvelles pratiques à mettre en place en milieu de travail. « Les entreprises sont déterminées à tout mettre en œuvre pour respecter les directives de la santé publique. Cependant, avec des revenus très faibles ou inexistants ainsi que des problèmes de liquidités, plusieurs s’inquiètent de la pression financière supplémentaire qui risque d’être engendrée. Elles désirent que l’aide gouvernementale fonctionne et elles espèrent avoir l’opportunité de faire des ventes pour passer à travers la crise, » ajoute M. François Vincent, vice-président à la FCEI. Le dernier coup de sonde de la FCEI a d’ailleurs révélé que : Trois quarts des propriétaires de PME au Canada pensent qu’il est crucial de faire plus de ventes rapidement pour survivre et moins dépendre des subventions gouvernementales;La moitié d’entre eux estiment qu’ils devront faire au moins 75 % de leurs ventes normales pour que cela vaille la peine de garder leur entreprise ouverte cet été;Plus des trois quarts préféreraient que le gouvernement donne des lignes directrices plutôt que d’imposer des règles prescriptives quant à la façon de gérer leurs affaires lorsque leur entreprise rouvrira.« Les PME peuvent et veulent faire partie de la solution. Il suffit de leur en donner l’occasion. Au Québec, elles pourraient davantage contribuer si on autorisait, comme c’est le cas dans les autres provinces, le ramassage sans contact en bordure de rue. En élargissant les options d’achat, on permettrait aussi bien aux citoyens de choisir leur commerce local qu’aux PME de conserver leur clientèle et de générer des revenus, » précise M. Vincent. La FCEI a mis à la disposition des entreprises de partout au pays une panoplie de ressources pour les aider à faire la transition : Un nouveau groupe Facebook « Équiper les PME contre la COVID-19 » où les propriétaires de PME peuvent trouver des entreprises qui vendent de l’équipement de protection personnelle.Des modèles de documents personnalisables et gratuits pour les entreprises ainsi qu’un lien vers les directives provinciales, disponibles à fcei.ca/COVID19.Des conseils d’experts et du support offerts gratuitement à titre temporaire à tous les propriétaires de PME qui ont besoin de renseignements sur des questions de gestion comme les ressources humaines ou encore l’accès aux différents programmes d’aide : fcei.ca/adhesiongratuite« L’idée de faciliter le rapprochement entre les propriétaires d’entreprise qui cherchent à vendre et ceux qui cherchent à acheter de l’équipement de protection individuelle vient d’un entrepreneur qui, à l’un de nos webinaires, nous a mentionné qu’il ne trouvait pas de masques. Une autre participante, propriétaire d’une entreprise d’accessoires pour chiens, lui a alors proposé son aide parce qu’elle fabrique des masques. Les gouvernements, les consommateurs et les associations ont tous un rôle essentiel à jouer pour aider les PME et assurer une relance économique réussie, » a conclu M. Guénette. À propos de la FCEI La FCEI (Fédération canadienne de l’entreprise indépendante) est le plus grand regroupement de PME au pays, comptant 110 000 membres dans tous les secteurs d’activité et toutes les régions. Elle vise à augmenter les chances de succès des PME en défendant leurs intérêts auprès des gouvernements, en leur fournissant des ressources personnalisées et en leur offrant des économies exclusives. Visitez fcei.ca pour en savoir plus.

18 mai 2020

UNE INJECTION DE PRÈS DE 600 000$ DANS LA CIRCONSCRIPTION DE MONTARVILLE QUI TOMBE À POINT, ALORS QUE S’AMORCE LA RELANCE ÉCONOMIQUE!

UNE INJECTION DE PRÈS DE 600 000$ DANS LA CIRCONSCRIPTION DE MONTARVILLE QUI TOMBE À POINT, ALORS QUE S’AMORCE LA RELANCE ÉCONOMIQUE!

Le député de Montarville, M. Stéphane Bergeron, annonce un investissement de près de 600 000$ dans la circonscription fédérale de Montarville au cours des prochaines semaines. Ces sommes permettront la création, cet été, d’une centaine d’emplois pour des jeunes de 15 à 30 ans, et ce, par l’entremise du programme Emplois d’été Canada. «Ce programme récurrent de subvention salariale permettra à près d’une trentaine d’organismes, municipalités et entreprises de la circonscription de procéder à l’embauche de jeunes et leur donner l’occasion de vivre une expérience formatrice, qui leur sera assurément bénéfique pour la suite de leur parcours professionnel, en plus de contribuer au développement économique et social de notre région», d’expliquer M. Bergeron. Certaines priorités avaient été identifiées pour l’attribution des emplois dans les limites de l’enveloppe octroyée, dont: permettre l'intégration des personnes handicapées; mettre en place des initiatives visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à protéger les milieux naturels, de même que les superficies boisées; mettre en place des mesures visant à soutenir les aînés, assurer la mise en place de logements sociaux et adaptés; et soutenir l'intégration des immigrants en favorisant la francisation et la laïcité. Évidemment, en raison de la présente pandémie, certaines priorités ont été ajoutées, dont: soutenir les organismes d’aide alimentaire et offrant des services de première ligne, ainsi que les CHSLD et résidences pour aînés ayant particulièrement été affectées par la COVID-19. Signalons par ailleurs qu’en raison de la crise sanitaire, des modifications temporaires et extraordinaires ont été apportées au programme Emplois d’été Canada, dont: augmentation de la subvention salariale pour permettre aux employeurs de recevoir jusqu’à 100 % du salaire minimum pour chaque employé; possibilité de prolonger la période d’emplois jusqu’au 28 février 2021; possibilité, pour les employeurs, d’adapter les projets pour soutenir les services essentiels et embaucher du personnel à temps partiel; et possibilité, pour les employeurs susceptibles d’intervenir dans le cadre de la présente crise sanitaire, de présenter une demande après la période de fermeture du programme, ce qui n’est maintenant plus possible, puisque la sélection des projets est maintenant complétée. «En période de crise, l’embauche de jeunes offrira notamment un répit aux organismes qui travaillent d’arrache-pied depuis le déclenchement de l’alerte sanitaire, le 13 mars dernier, et dont le bassin de bénévoles, souvent âgés de plus de 70 ans, s’est considérablement amenuisé, alors que les besoins s’accroissaient de façon exponentielle. J’invite les jeunes à être à l’affût des offres d’emploi qui seront prochainement disponibles. La présente pandémie requiert plus que jamais qu’on se serre les coudes. Grâce au programme Emplois d’été Canada, entre autres, nos jeunes pourront apporter leur concours à la sortie de crise. Nous comptons sur eux», de conclure Stéphane Bergeron.

18 mai 2020

BONIFICATION DES SUBVENTIONS

Le Conseil de la MRC de La Vallée-du-Richelieu (MRCVR) est heureux d’annoncer une bonification du Programme de soutien aux activités de commercialisation (SAC). Devant la forte demande et les besoins exprimés par les entrepreneur(e)s du territoire, les treize élu(e)s ont décidé d’investir une somme additionnelle en soutenant les projets de commercialisation de cinq entreprises supplémentaires. Par conséquent, le Programme SAC représente un investissement de 61 500 $ offert à 25 petites ou moyennes entreprises dont le siège social et les activités se situent sur le territoire de la MRCVR. « Nous savons que ce coup de pouce financier fait une grande différence pour ces entreprises. Nous croyons en nos entrepreneur(e)s et il est important de les soutenir avec ce type de programme et par nos autres services », a tenu à expliquer la mairesse de la ville de Beloeil et préfète de la MRCVR, madame Diane Lavoie. Dans le cadre de la bonification du Programme SAC, les entreprises et les projets sélectionnés sont les suivants MISS CILIA McMasterville Mise en place de formations en ligne afin de continuer à offrir des services, mise à jour du site Web et de la boutique en ligne. RH SOLUTIONS KJT Mont-Saint-Hilaire Ajout d’une section sécurisée pour la gestion des clients en ligne sur le site Web permettant de centraliser la documentation propre à chaque personne. KAFÉE DRAGON Beloeil Amélioration de la plateforme de paiement en ligne et du système de caisse pour une meilleure gestion des stocks en magasin et en ligne. CE QUE FEMME VEUT Beloeil Optimisation du service de vente sur Facebook avec des techniques éprouvées et efficaces. LE GARS DU SON Mont-Saint-Hilaire Amélioration du site Internet pour une meilleure présentation de produits et services et exploitation des médias sociaux avec une intégration sur le site Web. Rappelons que l’objectif du Programme SAC est de soutenir les entreprises dans la mise en place, l’amélioration ou le développement d’un projet de commercialisation alternatif. Une première annonce a été diffusée le 28 avril dernier précisant un investissement de 50 000 $ et dévoilant les 20 entreprises sélectionnées dans le cadre de ce Programme. Les entreprises de cette première annonce sont les suivantes : • PHYSIO C30M • ALIAS CLIC • PÔLE DE L’ENTREPRENEURIAT COLLECTIF DE L’EST DE LA MONTÉRÉGIE • ESPACE BLANC DE BLANCS • BÂTIMENT PRÉFAB • APH STRATÉGIE • MOUTON VILLAGE • GENS AU TRAVAIL • MEDICOR-LAB • CENTRE PÉRINATAL LE BERCEAU • L’ARC-EN-CIEL • BEDONDAINE & BEDONS RONDS BRASSEUR ARTISAN • LES VERGERS PETIT ET FILS • LA COMPAGNIE DU NORD • TACCOM • ACADÉMIE D’HYPNOSE THÉRAPEUTIQUE DU QUÉBEC • C30M • CHRISTIAN HÉBERT PHOTOGRAPHIE • CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DU BASSIN DE CHAMBLY • PÉPINIÈRE AUCLAIR ET FRÈRES SERVICE INFO-ENTREPRISES   Nous rappelons que les conseiller(ère)s aux entreprises de la MRCVR sont disponibles pour accompagner les entrepreneur(e)s, les commerçant(e)s et les travailleur(-euse)s. Notre service spécifique Info-Entreprises est toujours à l’écoute des besoins et des préoccupations des entrepreneur(e)s. Pour rendre ce service facilement accessible, une ligne téléphonique sans frais est disponible, soit le 1 877 464-4188 ainsi qu’une adresse courriel : entreprises@mrcvr.ca. La ligne Info-Entreprises est ouverte du lundi au jeudi, de 8 h 30 à 16 h, et le vendredi, de 8 h 30 à 12 h. À l’extérieur de ces périodes, nous invitons la clientèle à utiliser l’adresse courriel.

14 mai 2020

La CNESST publie un guide de normes sanitaires en milieu de travail pour les activités de loisir, de sport et de plein air en vue d’une reprise graduelle en toute sécurité

La CNESST publie un guide de normes sanitaires en milieu de travail pour les activités de loisir, de sport et de plein air en vue d’une reprise graduelle en toute sécurité

En vue de la reprise graduelle des activités de loisir, de sport et de plein air à compter du 20 mai, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) rend disponibles des outils pour appuyer spécifiquement les acteurs de ces secteurs dans leur prise en charge de la santé et la sécurité du travail dans le contexte de la COVID-19. L’objectif : soutenir ces secteurs dans la mise en place des mesures de prévention appropriées et s’assurer que leurs activités puissent reprendre dans les conditions les plus sûres et les plus saines possibles. Conçus spécifiquement pour ces secteurs, un guide virtuel de normes sanitaires COVID-19, une affiche de même qu’une liste de vérifications quotidiennes peuvent être téléchargés dès maintenant sur le site Web de la CNESST. Ces outils font partie de la Trousse COVID-19 élaborée par la CNESST de concert avec la Direction générale de la santé publique (DGSP), l’Institut national de santé publique du Québec et le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. La trousse offre une réponse concrète aux préoccupations des employeurs et des travailleurs quant aux mesures de prévention à mettre en place pour éviter la propagation du virus. Citations « La réouverture graduelle des services et des installations de sports et de loisirs marque une nouvelle étape dans le plan de déconfinement graduel du Québec. Les outils de la CNESST vont permettre aux travailleurs et aux employeurs de ces secteurs de se remettre en action en toute sécurité, tout en s’assurant que les Québécois et les Québécoises reprennent une vie plus active en maintenant de bonnes habitudes sanitaires. » - Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie « Il est essentiel que les Québécois et les Québécoises, en particulier les enfants, puissent renouer avec les activités physiques, sportives, de loisir et de plein air qui leur ont bien manqué. Je tiens à remercier les intervenants des secteurs qui contribuent, par leurs efforts, à garantir une reprise agréable et sécuritaire pour toutes et tous. » - Isabelle Charest, ministre déléguée à l’Éducation « La CNESST est fière de contribuer à ce que les environnements de travail du secteur des sports et des loisirs reprennent vie de manière saine et sécuritaire. En rassurant les travailleurs, en répondant à leurs questions et en les aidant à se protéger et à protéger la clientèle, ces outils pratiques permettent d'agir en prévention de manière concrète. Je salue d’ailleurs tous les intervenants du milieu, qui ont grandement collaboré à la réalisation de ces outils. » - Manuelle Oudar, présidente du conseil d’administration et chef de la direction de la CNESST -2- Le Québec se remet au travail La trousse d’outils de la CNESST s’inscrit dans la foulée de sa plus récente campagne de sensibilisation intitulée Le Québec se remet au travail. La campagne vise à rappeler l’importance de prendre tous les moyens pour protéger la santé et assurer la sécurité des travailleurs. Employeurs et travailleurs doivent collaborer pour que la reprise graduelle des activités se fasse de manière sécuritaire. Plus que jamais, chacun a un rôle à jouer. À noter que la trousse sera évolutive et s’adaptera aux mesures et aux recommandations de la DGSP. Les informations qu’elle contient demeurent valides jusqu’à ce que celle-ci déclare la fin de la crise sanitaire. De plus, l’application mobile Ma Trousse CNESST, qui présente les outils rendus disponibles en lien avec la COVID-19, peut être téléchargée via Google Play ou App Store. Liens utiles • Pour télécharger les outils de la trousse d’outils de la CNESST destinés au secteur des sports et loisirs : cnesst.gouv.qc.ca/salle-de-presse/covid-19/Pages/outils-secteur-loisirsport-plein-air.aspx • Pour consulter la liste des sports et loisirs dont la relance des activités est autorisée par le gouvernement du Québec : www.quebec.ca/index.php?id=6179 • Pour obtenir du soutien ou des renseignements de la part de la CNESST, communiquez avec nos préposés en ligne : cnesst.gouv.qc.ca/nous-joindre/Pages/nous-joindre.aspx La CNESST, votre porte d’entrée en matière de travail La CNESST offre aux employeurs, ainsi qu’aux travailleurs et aux travailleuses, une porte d’entrée unique et une expertise intégrée en matière de normes du travail, d’équité salariale et de santé et de sécurité du travail. Sa structure de gouvernance est paritaire. Elle a notamment pour mission de gérer le Fonds de la santé et de la sécurité du travail, un fonds entièrement autofinancé dont elle est fiduciaire. Pour plus d’information, visitez notre site Web à cnesst.gouv.qc.ca et suivez-nous sur Facebook (facebook.com/cnesst), Twitter (twitter.com/cnesst) et LinkedIn (linkedin.com/company/cnesst).

14 mai 2020

Reprise des activités de loisir, de sports et de plein air: de bon augure pour l’économie régionale

Reprise des activités de loisir, de sports et de plein air: de bon augure pour l’économie régionale

 La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) voit d’un bon œil l’approche graduelle privilégiée par le gouvernement en matière de reprise des activités de loisir, de sports et de plein air. En effet, dès le 20 mai prochain, la pratique de certains sports et activités récréatives individuelles ou à deux pourra reprendre. Ainsi, les activités comme le golf, la pêche à la journée ou encore la randonnée à cheval à l’extérieur pourront être pratiquées à nouveau, tant que les mesures de précaution pour protéger la santé de tous sont en place.    « Avec le retour du beau temps, les Québécois confinés ont hâte de se retrouver en nature pour pratiquer leur sport favori. L’ouverture graduelle de ces activités est une bonne nouvelle pour les PME du secteur. C’est le cas par exemple pour les terrains de golf, les pourvoiries et autres centres de loisirs. La pratique de nos activités préférées aidera au moral et dynamisera aussi l’économie régionale, » a soutenu François Vincent, vice-président Québec à la FCEI.  Les PME qui œuvrent dans le secteur du loisir, des sports et des activités de plein air devront toutefois se conformer aux consignes sanitaires de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST).  Pour courir, il faut des chaussuresÀ nouveau, la FCEI exhorte le gouvernement du Québec d’autoriser explicitement le ramassage à la porte sans contact pour les commerces, incluant les non essentiels, dans la grande région de Montréal. À ce jour, cette pratique sécuritaire est permise dans toutes les provinces canadiennes sauf au Québec. « Que ce soit un amateur de vélo, de course ou de pêche, s’il habite le Grand Montréal, il a deux choix : faire la file pour se rendre dans un magasin de grande surface ou aller en ligne pour acheter son équipement.  Grâce au ramassage à la porte, même si le sort de la région métropolitaine demeure incertain, les commerces pourront vendre leurs produits et équipements en toute sûreté et sans contact. Il est temps que cette pratique soit permise, » a conclu M. Vincent.

14 mai 2020

Déclaration de la FCEI au sujet des détails du nouveau Fonds d’aide et de relance régionale

Déclaration de la FCEI au sujet des détails du nouveau Fonds d’aide et de relance régionale

La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) se réjouit de l'annonce faite aujourd'hui au sujet du financement accordé aux six agences de développement régional (ADR) du Canada afin d'aider les PME qui ont besoin d’aide supplémentaire ou qui ont été incapables d’avoir recours aux mesures de soutien actuelles. En effet, de nombreuses entreprises tombent entre les mailles du filet des programmes d’aide disponibles, soit parce qu’elles sont trop petites ou parce qu’elles sont dans une situation particulière qui ne leur permet pas d’y accéder. De plus, pour les secteurs comme le tourisme et l’hôtellerie, où les défis liés à la crise de la COVID-19 sont considérables et pour qui la saison d’été s’annonce ardue, des subventions et des prêts adaptés seront un réel soulagement. Cependant, il sera crucial que ces nouveaux programmes d’aide soient mis en œuvre rapidement, car nous entamons déjà le troisième mois de fermeture presque complète de l’économie canadienne. Il est aussi important de spécifier que le programme d’aide d’aujourd’hui ne doit pas réduire le besoin urgent de combler les principales lacunes du Compte d’urgence canadien pour les entreprises canadiennes (CUEC) ainsi que celles de l’Aide d’urgence du Canada pour le loyer commercial (AUCLC). Le CUEC s’est avéré populaire auprès des PME qui font face à un manque important de liquidités. Cependant, les critères d’admissibilité excluent de nombreuses PME durement touchées par la crise, notamment les entreprises en démarrage, celles qui se versent des dividendes, celles qui paient des travailleurs contractuels ou louent des locaux à d'autres entrepreneurs (par exemple les salons de coiffure). La FCEI demande au gouvernement d'élargir les critères d’accès au CUEC afin de permettre aux entreprises qui ne peuvent satisfaire le critère de la masse salariale d’accéder au programme. La FCEI recommande également au gouvernement d'augmenter de 20 000 dollars par mois le montant mis à la disposition des propriétaires d'entreprises et le 25 % pouvant être transformé en subvention, tant et aussi longtemps que la crise perdure. De plus, la FCEI a recueilli les témoignages de nombreux locataires et propriétaires commerciaux qui affirment que l’AUCLC ne les aidera pas. Avant que les PME soient confrontées à un troisième mois sans allégement de loyer, la FCEI demande au gouvernement fédéral d’offrir des alternatives afin de soulager les entreprises en leur permettant de percevoir directement une aide équivalente à 50 % du coût de leur loyer. La FCEI réitère aussi sa demande aux gouvernements provinciaux de réduire les taxes foncières et de mettre en place des mesures contre l’expulsion des locataires commerciaux qui étaient en règle avant que la crise ne les affecte. Le gouvernement a déjà fait preuve d’écoute en prenant en considération les préoccupations des PME. La semaine passée, il a répondu à l’une des principales recommandations que la FCEI lui avait communiquées en annonçant le prolongement de la Subvention salariale d’urgence du Canada au-delà du 6 juin. Aujourd’hui, nous espérons qu’il pourra apporter d’autres changements importants aux différents programmes d’aide fédéraux mentionnées, afin de soutenir toutes les entreprises qui subissent les contre-coups de la crise et pour qui le chemin est encore long.

12 mai 2020

«OTTAWA DAIGNE ENFIN SE PRÉOCCUPER DES GRANDS OUBLIÉS DE CETTE CRISE…»

«OTTAWA DAIGNE ENFIN SE PRÉOCCUPER DES GRANDS OUBLIÉS DE CETTE CRISE…»

— Le député de Montarville,M. Stéphane Bergeron, s’est réjoui de l’annonce des prestations supplémentaires qui seront versées aux aîné(e)s par le gouvernement fédéral, mais s’est dit préoccupé par le fait qu’elles ne couvrent qu’une période de trois mois.«Durant la compagne électorale de 2019, les aînés étaient déjà au cœur despréoccupations et des revendications du Bloc Québécois. Nous demandions des hausses mensuelles de 110$ pour la pension de la Sécurité de vieillesse et de 50$ pour le Supplément de revenu garanti. Or, Ottawa a annoncé, le 12 mai dernier, un versement supplémentaire de 300$ aux prestataires de la pension de la Sécurité de vieillesse et de 200$ de plus pour les bénéficiaires du Supplément de revenu garanti. Ces prestations supplémentaires seraient non-imposables et émises en un seul versement», d’expliquer M. Bergeron.«En cela, a-t-il poursuivi, l’annonce faite par le premier ministre fédéral répond quasi intégralement à la demande répétée du Bloc Québécois pour nos aînés. Le problème, c’est que cette annonce ne couvre que les trois mois qu’aura, présume-t-on, duré cette crise… Ottawa est muet quant à ce qui se passera par la suite, se contentant simplement d’ajouter que ces prestations pourraient être prolongées si la pandémie devait se poursuivre au-delà du mois de juin.»«Dans cette crise qui les affecte tout particulièrement à plusieurs égards, notamment sur le plan financier, il était plus que temps que le gouvernement fédéral, après être venu en aide à tout le monde et à sa sœur, déploie enfin des mesures pour soutenir également nos aînés. Il s’agit certes d’un pas dans la bonne direction, encore une fois, mais nous continuerons à réclamer, pour celles et ceux à qui nous devons cetteprospérité permettant au gouvernement fédéral de se montrer si généreux, que ces allocations soient non seulement bonifiées, mais récurrentes», de conclure Stéphane Bergeron.

08 mai 2020

URGENCE D’AGIR Vive préoccupation chez les commerces locaux aux extrémités de la CMM

URGENCE D’AGIR Vive préoccupation chez les commerces locaux aux extrémités de la CMM

- La crise de la COVID-19 a fortement ébranlé la communauté et tous les secteurs d’activités de la Vallée-du-Richelieu, tout particulièrement les commerces sur notre territoire. D’entrée de jeu, nous souhaitons saluer la proactivité et le leadership du gouvernement provincial depuis le début de cette situation difficile qui nous affecte tous. Nous comprenons également que la santé publique doit primer en tout temps. Or, force est d’admettre qu’alors que le déconfinement s’installe un peu partout au Québec et que les commerces sont appelés à réouvrir leurs portes, les commerçants d’une bonne partie de la Vallée-du-Richelieu se sentent totalement démunis face à la compétition des villes voisines à notre région ne faisant pas partie de la Communauté Métropolitaine de Montréal (CMM). Le report annoncé hier est malheureusement « le report de trop » pour la centaine d’entrepreneurs de notre région, pour qui l’incertitude est grande. Le déconfinement de St-Hyacinthe, ville limitrophe à notre territoire, cause un tort irréparable aux commerçants de Mont-Saint-Hilaire, Beloeil, etc. En effet, ces villes sont loin, très loin de la réalité vécue à Montréal. En tout respect, notre situation a peu en commun avec la leur. Dans La Presse de ce matin, Mme la mairesse Plante mentionne approuver sans réserve la décision du gouvernement Legault de reporter d’une autre semaine la réouverture des commerces de proximité dans le Grand Montréal, parce que la situation n’y est pas maîtrisée et annonce une aide d’urgence de 5 millions destinée aux commerces et aux entreprises. M. Legault souligne pour sa part également, afin de bien démontrer la différence entre la métropole et les autres régions du Québec, que sur les 121 nouveaux décès enregistrés dans la province depuis la veille, 104 se sont produits à Montréal, 6 à Laval, 5 dans les Laurentides… et 2 en Montérégie. Le choix de la CMM comme territoire « chaud » nous apparaît trop large pour répondre à la situation et nous aimerions qu’il soit mieux ajusté à la réalité, pour le bien de nombreux propriétaires d’entreprises locales. Ces derniers vivent un désespoir incroyable qu’il ne faut pas négliger. Nous avons eu le privilège d’échanger avec la Fédération des chambres de commerce du Québec et le Ministre Pierre Fitzgibbon à ce sujet. Ce dernier, bien au fait de la problématique, s’est montré compréhensif et ouvert à y réfléchir. Nous souhaitons donc à présent que le gouvernement propose rapidement des solutions face à cet enjeu.  

08 mai 2020

Institut de technologie agroalimentaire : tendre la main pour soutenir la communauté

– Les étudiants et les membres du personnel de l’Institut de technologie agroalimentaire (ITA) sont reconnus comme étant des gens de cœur. Depuis le début de la pandémie de la COVID-19, de nombreuses personnes s’activent pour appuyer les étudiants de l’établissement, mais aussi différentes organisations qui viennent en aide à la population du Bas-Saint-Laurent et de la Montérégie. L’ITA tient à saluer toutes les initiatives qui sont prises dans ses campus de La Pocatière et de Saint-Hyacinthe. Un fonds d’entraide destiné aux étudiants de l’ITA La Direction adjointe des affaires étudiantes (DAAE) de l’ITA, en collaboration avec les fondations des deux campus de l’institution, soit la Fondation de l’ITA, campus de La Pocatière et la Fondation Édouard-Brochu (campus de Saint-Hyacinthe), a créé un fonds d’entraide pour prêter main-forte aux étudiants qui, depuis le début de la crise, se montrent les plus vulnérables sur le plan financier. Les étudiants de l’ITA peuvent également avoir recours au fonds de dépannage, qui existait déjà avant la pandémie. Ce fonds consiste en une aide financière qui pourra être remboursée une fois que les moyens financiers des étudiants le permettront. « Le contexte exceptionnel des dernières semaines entraîne des bouleversements importants dans la vie de nos étudiants. C’est pourquoi nous tenons à nous mobiliser pour atténuer le stress et les difficultés que peut engendrer cette situation inhabituelle », explique M. Nicolas Durand, directeur de la DAAE à l’ITA. Ainsi, les étudiants qui se trouvent dans une situation précaire peuvent en tout temps communiquer avec le personnel de la DAAE pour faire part de leurs besoins. Du soutien aux organismes locaux Compte tenu de la nature de ses activités, il est tout naturel pour l’ITA d’offrir des denrées afin de satisfaire aux besoins alimentaires de la population la plus vulnérable, alors que les serres des deux campus foisonnent de fruits et de légumes frais. L’Institut tient à souligner l’apport exceptionnel des technologues et des jardiniers qui travaillent à effectifs réduits pour assurer les services essentiels dans les deux campus de l’établissement, de même que la récolte des produits offerts aux banques alimentaires de La Pocatière et de Saint-Hyacinthe. Le campus de La Pocatière a fait don non seulement de nombreux légumes à Moisson Kamouraska, tels que concombres, radis, rabioles et verdures (laitues, épinards, fines herbes, etc.), mais aussi de produits confectionnés par les étudiants avant le début de la crise : sorbet, confiture et gelée. Quant au campus de Saint-Hyacinthe, il a remis quantité de fruits et de légumes à La Moisson Maskoutaine : concombres, poivrons, tomates, aubergines, betteraves, laitues, épinards, fraises, framboises, etc. Il a également offert des produits d’élevage tels que des lapins, des poules pondeuses, des poulets de chair et des dindons, ainsi qu’une importante quantité d’œufs. Par ailleurs, des étudiants de l’Institut ont répondu à l'appel du gouvernement du Québec et donnent de leur temps aux nombreux organismes communautaires qui ont un besoin criant de bénévoles. L’ITA tient à les remercier sincèrement pour leur engagement et leur générosité. Notons enfin que certains technologues du campus de Saint-Hyacinthe prêtent main-forte aux laboratoires dédiés au dépistage de la COVID-19. De même, l’Institut a remis gracieusement ses inventaires de matériel de protection aux centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent et de la Montérégie : gants, masques, blouses et combinaisons, savon antibactérien et désinfectant antiseptique. Rappelons que l’ITA est un établissement d’enseignement collégial qui offre sept programmes de formation technique liés aux activités agricoles, horticoles, équines et alimentaires, ainsi qu’un service de formation continue dans ces secteurs d’activité. Pour plus d’information sur l’ITA, rendez-vous au www.ita.qc.ca. Légende de la photo : Les équipes de technologues et de jardiniers des deux campus de l’ITA cultivent des fruits et des légumes qui sont offerts à des banques alimentaires du Bas-Saint-Laurent et de la Montérégie.

18 mai 2020

Ambulances Demers s’allie au CISSS de la Montérégie-Centre pour prendre soin des résidents

Depuis cette semaine, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Centre compte parmi ses rangs de nouveaux travailleurs d’exception à titre de paramédics communautaires.Grâce à un prêt de service volontaire de l’entreprise Ambulances Demers, 21 paramédics et futurs diplômés viennent en renfort à l’équipe du CHSLD Henriette-Céré pour les prochaines semaines. « Plus que jamais en contexte de pandémie, il est apprécié et touchant de recevoir un tel élan d’entraide de la part d’un partenaire. Je salue la générosité des paramédics d’Ambulances Demers envers nos résidents et notre personnel », souligne Richard Deschamps, président-directeur général du CISSS de la Montérégie-Centre. «Je suis fier de la réponse de nos paramédics à notre proposition d’aller prêter main-forte aux partenaires du CISSS Montérégie Centre. Nos paramédics recrues et séniors sont des personnes motivées, qualifiées et dévouées au bien-être des ainées. Leurs grandes compétences gagnent à être connues et la paramédecine communautaire est au cœur de notre mission.Notre entreprise est heureuse de contribuer à l’effort du personnel du CHSLD Henriette-Céré », souligne Stéphane Demers, président-directeur général d’Ambulances Demers inc. Pour veiller à la sécurité et aux bons soins des résidents, la nouvelle main-d’œuvre a reçu une formation intensive les derniers jours. Au sein du groupe, on compte huit paramédics d’expérience et 13 recrues en voie de recevoir leur licence. Celui-ci a été divisé en deux cohortes, dont la première œuvre au CHSLD depuis mardiet l’autre débutait hier. En ces temps de crise sanitaire, il s’agit du plus grand contingent de paramédics à se joindre aux forces d’un établissement de santé. Ils prêteront main-forte aux équipes du CHSLD Henriette-Cérépour une périodede30 joursqui pourrait s’allonger en fonction des besoins. L’expertise et l’empathie des paramédics d’Ambulances Demers permettront assurément d’apporter du soutien au personnel en place, soutien dont les résidents seront les premiers bénéficiaires.

18 mai 2020

BONIFICATION DES SUBVENTIONS

Le Conseil de la MRC de La Vallée-du-Richelieu (MRCVR) est heureux d’annoncer une bonification du Programme de soutien aux activités de commercialisation (SAC). Devant la forte demande et les besoins exprimés par les entrepreneur(e)s du territoire, les treize élu(e)s ont décidé d’investir une somme additionnelle en soutenant les projets de commercialisation de cinq entreprises supplémentaires. Par conséquent, le Programme SAC représente un investissement de 61 500 $ offert à 25 petites ou moyennes entreprises dont le siège social et les activités se situent sur le territoire de la MRCVR. « Nous savons que ce coup de pouce financier fait une grande différence pour ces entreprises. Nous croyons en nos entrepreneur(e)s et il est important de les soutenir avec ce type de programme et par nos autres services », a tenu à expliquer la mairesse de la ville de Beloeil et préfète de la MRCVR, madame Diane Lavoie. Dans le cadre de la bonification du Programme SAC, les entreprises et les projets sélectionnés sont les suivants MISS CILIA McMasterville Mise en place de formations en ligne afin de continuer à offrir des services, mise à jour du site Web et de la boutique en ligne. RH SOLUTIONS KJT Mont-Saint-Hilaire Ajout d’une section sécurisée pour la gestion des clients en ligne sur le site Web permettant de centraliser la documentation propre à chaque personne. KAFÉE DRAGON Beloeil Amélioration de la plateforme de paiement en ligne et du système de caisse pour une meilleure gestion des stocks en magasin et en ligne. CE QUE FEMME VEUT Beloeil Optimisation du service de vente sur Facebook avec des techniques éprouvées et efficaces. LE GARS DU SON Mont-Saint-Hilaire Amélioration du site Internet pour une meilleure présentation de produits et services et exploitation des médias sociaux avec une intégration sur le site Web. Rappelons que l’objectif du Programme SAC est de soutenir les entreprises dans la mise en place, l’amélioration ou le développement d’un projet de commercialisation alternatif. Une première annonce a été diffusée le 28 avril dernier précisant un investissement de 50 000 $ et dévoilant les 20 entreprises sélectionnées dans le cadre de ce Programme. Les entreprises de cette première annonce sont les suivantes : • PHYSIO C30M • ALIAS CLIC • PÔLE DE L’ENTREPRENEURIAT COLLECTIF DE L’EST DE LA MONTÉRÉGIE • ESPACE BLANC DE BLANCS • BÂTIMENT PRÉFAB • APH STRATÉGIE • MOUTON VILLAGE • GENS AU TRAVAIL • MEDICOR-LAB • CENTRE PÉRINATAL LE BERCEAU • L’ARC-EN-CIEL • BEDONDAINE & BEDONS RONDS BRASSEUR ARTISAN • LES VERGERS PETIT ET FILS • LA COMPAGNIE DU NORD • TACCOM • ACADÉMIE D’HYPNOSE THÉRAPEUTIQUE DU QUÉBEC • C30M • CHRISTIAN HÉBERT PHOTOGRAPHIE • CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DU BASSIN DE CHAMBLY • PÉPINIÈRE AUCLAIR ET FRÈRES SERVICE INFO-ENTREPRISES   Nous rappelons que les conseiller(ère)s aux entreprises de la MRCVR sont disponibles pour accompagner les entrepreneur(e)s, les commerçant(e)s et les travailleur(-euse)s. Notre service spécifique Info-Entreprises est toujours à l’écoute des besoins et des préoccupations des entrepreneur(e)s. Pour rendre ce service facilement accessible, une ligne téléphonique sans frais est disponible, soit le 1 877 464-4188 ainsi qu’une adresse courriel : entreprises@mrcvr.ca. La ligne Info-Entreprises est ouverte du lundi au jeudi, de 8 h 30 à 16 h, et le vendredi, de 8 h 30 à 12 h. À l’extérieur de ces périodes, nous invitons la clientèle à utiliser l’adresse courriel.

14 mai 2020

Baromètre des affairesMD : la moitié des PME canadiennes affirment que leurs affaires vont mal en ce mois de mai

Baromètre des affairesMD : la moitié des PME canadiennes  affirment que leurs affaires vont mal en ce mois de mai

Au Canada, la confiance des chefs de PME a augmenté au début du mois de mai, comme en témoigne l’indice du Baromètre des affairesMD de la FCEI qui a gagné 6,8 points (53,2). Bien que la confiance au Québec ait légèrement augmenté de 4,3 points, l’indice de la province s’établissant à 36,4 la relègue ce mois-ci encore en dernière position du classement. « Les propriétaires de PME commencent à composer avec cette nouvelle réalité et trouvent des moyens de s’adapter - et survivre - à cette situation, fait remarquer François Vincent, vice-président à la FCEI. Le début de l’assouplissement des restrictions dans certaines provinces leur donne un peu d’espoir, mais ils sont toujours nombreux à envisager des mises à pied et à retarder les investissements. La faiblesse de la demande intérieure reste le principal facteur de la baisse des ventes en pleine pandémie. » La réalité est en effet complexe pour beaucoup de PME. La moitié des chefs d’entreprise au Canada affirment que leurs affaires vont mal, contre seulement 14 % qui pensent qu’elles vont bien. D’autres (39 %) envisagent de réduire leurs effectifs, tandis que 15 % uniquement comptent recruter du personnel à temps plein au cours des trois prochains mois. Ces résultats sont toutefois meilleurs que le mois dernier, même s’ils demeurent faibles. Lorsque l’indice tourne autour de 65, cela signifie normalement que l’économie réalise son plein potentiel. Résultats provinciaux : le Québec toujours dernier au classementLe Québec est la province ayant le niveau d’optimisme le plus bas (36,4) au pays, suivie de la Saskatchewan (44,8), de l’Île-du-Prince-Édouard (47,6) et de Terre-Neuve-et-Labrador (50,0). C’est au Nouveau-Brunswick que le niveau de confiance est le plus élevé (59,5), devant le Manitoba (57,3), l’Ontario (57,2) et la Colombie-Britannique (56,7). L’Alberta (55,3) et la Nouvelle-Écosse (52,7) affichent, quant à elles, des résultats proches de la moyenne nationale. Résultats sectoriels : l’agriculture et les ressources naturelles sont largement distancéesC’est du côté des ressources naturelles (18,2) et de l’agriculture (27,3) que la confiance s’est le plus effondrée. Dans les autres secteurs, la plupart ont progressé et les résultats sont dans les 40-50. Enfin, les chefs d’entreprise les plus optimistes sont ceux de la construction (57,5), des services de santé (56,3) et des services personnels (56,0). Nouveau calendrier de parution du BaromètreÉtant donné que la conjoncture économique évolue rapidement à cause de la pandémie de COVID-19, la FCEI enverra le sondage du Baromètre des affaires à ses membres toutes les deux semaines jusqu’en juin 2020, au lieu d’une fois par mois. Les résultats de la fin mai seront donc publiés le 28 mai. Consultez le bulletin spécial du Baromètre des affairesMD de mai. MéthodologieLes résultats du début mai 2020 s’appuient sur 1 201 réponses recueillies auprès d’un échantillon aléatoire stratifié de membres FCEI dans le cadre d’un sondage par Internet à accès contrôlé. Les données se fondent sur les réponses reçues les 5 et 6 mai. Les résultats sont exacts à +/- 2,8 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

14 mai 2020

l’UMQ présente une déclaration de solidarité avec Montréal et les régions du Québec

l’UMQ présente une déclaration de solidarité avec Montréal et les régions du Québec

Au terme de la réunion de son conseil d’administration hebdomadaire, l’Union des municipalités du Québec (UMQ) a lancé un message fort en adoptant aujourd’hui, à l’unanimité, une déclaration de solidarité avec les municipalités de la région métropolitaine de Montréal et l’ensemble des régions québécoises. Rappelant la fraternité avec laquelle les Québécoises et les Québécois passent à travers la crise de la COVID-19, l’UMQ appelle à ce même sentiment le déconfinement des régions du Québec.« À la veille de la visite du premier ministre à Montréal pour faire le point sur la situation de la propagation du virus dans la région métropolitaine, les municipalités membres de l’UMQ trouvaient urgent de lancer un appel à la solidarité. Comme le dit la déclaration, ce n’est pas Montréal et les régions. Toutes les régions, le grand Montréal et les autres, ne sont pas dos à dos, elles sont coude à coude et unies », a déclaré madame Suzanne Roy, présidente intérimaire de l’UMQ et mairesse de Sainte-Julie.Voici la déclaration de solidarité avec les municipalités de la région métropolitaine de Montréal et de l’ensemble des régions québécoises telle qu’adoptée lors du Conseil d’administration :« La crise qu’a engendré la pandémie de la COVID-19 a mis en évidence l’incroyable fraternité avec laquelle les Québécoises et les Québécois passent, ensemble, à travers ces moments difficiles. En respect des consignes de la santé publique, les municipalités du Québec ont fait honneur à ce sentiment d’entraide en prenant les mesures qui s’imposaient pour protéger et aider leur population, et ce, dès les premiers jours de confinement. Aujourd’hui, c’est avec la même solidarité que le monde municipal aborde le déconfinement des régions du Québec. Évidemment, le rythme de la reprise tiendra compte de la réalité particulière de chacune. Il n’y a pas Montréal et le reste du Québec. Les régions ne sont pas dos à dos, elles sont coude à coude, unies et interdépendantes sur tous les plans. C'est ensemble que nous reviendrons à la normale. Il y a un seul Québec qui se relèvera de cette catastrophe sans précédent. »La voix des gouvernements de proximitéDepuis maintenant 100 ans, l’UMQ rassemble les gouvernements de proximité de toutes les régions du Québec. Sa mission est d’exercer un leadership fort pour des gouvernements de proximité autonomes et efficaces. Elle mobilise l’expertise municipale, accompagne ses membres dans l’exercice de leurs compétences et valorise la démocratie municipale. Ses membres, qui représentent plus de 85 % de la population et du territoire du Québec, sont regroupés en caucus d’affinité : municipalités locales, municipalités de centralité, cités régionales, grandes villes et municipalités de la Métropole.

14 mai 2020

FAITES-VOUS TESTER SI VOUS AVEZ DES SYMPTÔMES DE LA COVID-19

FAITES-VOUS TESTER SI VOUS AVEZ DES SYMPTÔMES DE LA COVID-19

La direction de santé publique de la Montérégie invite toutes les personnes qui présentent des symptômes de la COVID-19 à se faire tester pour savoir si elles sont infectées par le virus. Les tests sont offerts gratuitement aux personnes souffrant de fièvre, de difficultés respiratoires, de toux (nouvelle ou aggravation récente) ou encore qui remarquent la perte soudaine de l’odorat sans congestion nasale avec ou sans perte du goût. Ces personnes doivent composer le 450-644-4545 ou le 1-877-450-4545 pour obtenir un rendez-vous dans l’une des cliniques de dépistage de la Montérégie. « Nous avons augmenté nos capacités de dépistage afin d’identifier davantage de cas et éviter que le virus se répande dans la communauté. Accroître le dépistage est crucial dans la période actuelle alors que dans une partie de la Montérégie, les enfants ont effectué un retour à l’école ou à la garderie et que certains commerces ont repris leurs activités, augmentant ainsi les contacts possibles entre les individus », fait valoir Dre Julie Loslier, directrice de la santé publique de la Montérégie. Port du couvre-visage fortement recommandé Dre Loslier conseille fortement aux gens de porter un couvre-visage lorsqu’ils ne peuvent s’assurer de respecter la distanciation, par exemple, dans les transports en commun et dans certains commerces à plus fort achalandage. «Lorsqu’on se trouve dans un endroit public, il est important de rester à 2 mètres des autres personnes. Dans les situations où cette consigne est plus difficile à respecter, le port du couvre-visage est conseillé. En effet, cela contribue à protéger les personnes qui nous entourent, même si on ne croit pas être atteint de la COVID puisqu’on peut être contagieux sans présenter de symptômes. Il est possible de s’en fabriquer un, de même qu’apprendre comment bien l’utiliser, en suivant les instructions données sur ce lien : https://cutt.ly/jymZKER », indique Dre Loslier. Pour plus d’information sur la situation en Montérégie, nous vous invitons à consulter la page Facebook de la direction de santé publique à cette adresse : https://www.facebook.com/DSPMonteregie/

12 mai 2020

REVENU QUÉBEC ANNONCE UN CALENDRIER DÉTERMINÉ PAR LE MOIS DE NAISSANCE POUR LES DEMANDES LIÉES AU PROGRAMME INCITATIF POUR LA RÉTENTION DES TRAVAILLEURS ESSENTIELS

REVENU QUÉBEC ANNONCE UN CALENDRIER DÉTERMINÉ PAR LE MOIS DE NAISSANCE POUR LES DEMANDES LIÉES AU PROGRAMME INCITATIF POUR LA RÉTENTION DES TRAVAILLEURS ESSENTIELS

Revenu Québec invite les travailleurs admissibles au Programme incitatif pour la rétention des travailleurs essentiels (PIRTE) à effectuer leur demande selon un calendrier déterminé par leur mois de naissance. Les heures d’ouverture du service à la clientèle seront également prolongées afin que les agents puissent bien accompagner les demandeurs. Rappelons que le PIRTE est une aide financière de 100 $ par semaine destinée aux travailleurs des secteurs désignés essentiels qui gagnent de 5 000 $ à 28 600 $ par année. Plus de 600 000 salariés à temps plein et à temps partiel pourront en bénéficier. En raison du fort volume attendu, Revenu Québec informe la population que les demandes devront suivre une séquence déterminée au cours des quatre premières journées. Cette stratégie vise à éviter l’engorgement du site Internet et du service à la clientèle. Ainsi, du 19 au 22 mai, Revenu Québec acceptera les demandes des travailleurs admissibles en fonction de leurmois de naissance : 19 mai : janvier, février et mars 20 mai : avril, mai et juin 21 mai : juillet, août et septembre 22 mai : octobre, novembre et décembreAfin que les démarches des demandeurs soient facilitées, les heures d’ouverture du service à la clientèle seront prolongées. En effet, du 19 au 22 mai, il sera accessible de 8 h à 21 h, et il sera exceptionnellement ouvert lesamedi 23 mai, de 9 h à 16 h. Après le 22 mai, tous les citoyens pourront faire une demande liée au PIRTE, peu importe leur date de naissance.Revenu Québec acceptera les demandes jusqu’au 15 novembreINSCRIPTION À MON DOSSIERRevenu Québec invite les travailleurs admissibles à commencer dès aujourd’hui les démarches relatives à leur inscription au PIRTE en s’inscrivant à Mon dossier, sur le site de Revenu Québec, et en mettant à jour leurs coordonnées bancaires nécessaires au dépôt direct. L’aide financière sera versée rétroactivement au 15 mars et couvrira un maximum de seize semaines. Elle permettra à un travailleur d’obtenir, en plus de son salaire, une somme forfaitaire imposable allant jusqu’à 100 $ par semaine, soit 1 600 $ au total. Les premiers versements de 1 000 $ seront effectués entre le 27 mai et le 29 mai, selon la date d’inscription. Pour y avoir droit, le demandeur doit travailler à temps plein ou à temps partiel dans un secteur lié aux services essentiels;COMMUNIQUÉ DE PRESSEPour diffusion immédiate gagner un salaire brut de 550 $ ou moins par semaine; avoir un revenu de travail annuel d'au moins 5 000 $ et un revenu total annuel de 28 600 $ ou moins pourl’année 2020; être âgé d’au moins 15 ans au moment où il fait la demande des prestations offertes dans le cadre du PIRTE; avoir résidé au Québec le 31 décembre 2019 et prévoir résider au Québec tout au long de l’année 2020.Pour chaque semaine de travail admissible, un demandeur ne doit avoir reçu aucune somme relative à laPrestation canadienne d’urgence (PCU), ni à la Prestation canadienne d’urgence pour les étudiants (PCUE), niau Programme d’aide temporaire aux travailleurs (PATT COVD-19). Cependant, un travailleur peut être admissibleau PIRTE même si l’entreprise pour laquelle il travaille reçoit l’aide du gouvernement fédéral relative aux salaires.JUSTE. POUR TOUS.Revenu Québec a pour mission de s’assurer que chacun paie sa juste part du financement des services publics.Son objectif est de maintenir l’équité fiscale dans l’intérêt de tous

08 mai 2020

Subventions salariales : garder l’esprit du programme en tête

Mis en place à la hâte, le programme de subvention salariale d’urgence devait permettre aux entreprises de maintenir un lien d’emploi avec les travailleurs, plutôt que de les mettre à pied. Il semble toutefois que l’esprit du programme puisse être contourné en permettant à des entreprises de réclamer la subvention uniquement pour les travailleurs actifs qui sont productifs, sans pour autant rétablir le lien d’emploi pour les travailleurs mis à pied.Le Syndicat des Métallos met en garde les employeurs contre un détournement de l’esprit du programme. « On incite fortement les entreprises à utiliser les subventions salariales d’urgence pour réembaucherles travailleurs en mise à pied, maintenir le lien d’emploi ainsi que les avantages sociaux. Ce sera plus simple quand viendra le temps de la reprise économique. Empocher l’argent de la subvention salariale en laissant des travailleurs recevoir des prestations d’urgence souvent moins avantageusesque l’assurance-emploi, c’est détourner l’esprit du programme », fait valoir le directeur québécois du Syndicat des Métallos, Dominic Lemieux.La subvention salariale permet à une entreprise de recevoir jusqu’à 847 $ par semaine, soit 75 % d’un salaire allant jusqu’à 58 700 $. Les entreprises sont d’ailleurs invitées à verser les 25 % manquants. « On peut comprendre une entreprise qui veut éviter la faillite, mais il ne faudrait pas exagérer.Nous aurons les entreprises à l’œil et on demande au gouvernement une reddition de compte transparente au sujet des entreprises qui auront bénéficié des subventions salariales d’urgence », ajoute Dominic Lemieux.En plus d’un suivi pour veiller à ce que la subvention salariale d’urgence aille bel et bien aux salaires des travailleurs, les Métallos demandent au gouvernement d’interdire que les fonds du programme puissent être utilisés pour des rachats d'actions ou pour augmenter la rémunération des dirigeants. Dans le même esprit, les entreprises qui bénéficient du programme devront être diligentes sur la capitalisation des régimes de retraite.

07 mai 2020

La CNESST lance une application mobile sur les mesures à mettre en place pour éviter la propagation de la COVID-19

La CNESST lance une application mobile sur les mesures à mettre en place pour éviter la propagation de la COVID-19

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) lance aujourd’hui une application mobile sur les mesures à mettre en place pour éviter la propagation de la COVID-19. Cette application évolutive se veut un outil de sensibilisation incontournable pour accompagner et soutenir les employeurs, les travailleuses et les travailleurs dans la continuité des activités des entreprises du Québec. Elle a pour but de les aider dans le respect des consignes sanitaires de la Direction de la santé publique. Gratuite et facile à consulter, cette première version de l’application mobile est accessible partout et en tout temps. Que contient l’application mobile?L’application mobile permet, en quelques clics, de consulter des fiches de prévention numériques et interactives concernant : • la réouverture du milieu de travail;• la distanciation physique;• l'hygiène et l'étiquette respiratoire;• la salubrité de l'environnement;• l'exclusion des lieux de travail et l'isolement des travailleurs;• les risques psychosociaux en milieu de travail. De plus, des listes de vérifications quotidiennes sont disponibles. Des nouvelles fonctionnalités et des contenus seront ajoutés en continu tout au long de la reprise des activités économiques annoncées par le gouvernement du Québec. L’application peut être téléchargée sur Google Play ou App Store. Des moyens de communication efficacesL’application mobile s’inscrit en complémentarité à la trousse d’outils virtuelle, mise en ligne en prévision de la réouverture graduelle des secteurs économiques, et à la campagne de sensibilisation lancée par la CNESST intitulée Le Québec se remet au travail. Pour obtenir de l’information sur les outils, consultez le cnesst.gouv.qc.ca/salle-de-presse/covid-19/Pages/trousse.aspx. Citations « En cette période de retour au travail, notre gouvernement ne fera aucun compromis sur la santé et la sécurité des travailleurs. Les milieux de travail ont un rôle important à jouer et nous mettons tout en œuvre pour qu’ils disposent des meilleurs outils possibles de prévention pour assurer leur sécurité. C’est ainsi que nous parviendrons à vaincre cette pandémie. »- Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie « La CNESST continue d’accompagner et d’outiller les employeurs, les travailleuses et les travailleurs en développant un autre moyen pour répondre à leurs besoins et à leurs préoccupations. En cela, nous continuons à jouer un rôle prédominant en matière de prévention. J’invite les employeurs, les travailleuses et les travailleurs à se l’approprier. Il est crucial que chaque personne suive les normes de la Santé publique. » - Manuelle Oudar, présidente du conseil d’administration et chef de la direction de la CNESSTLa CNESST, votre porte d’entrée en matière de travailLa CNESST offre aux employeurs et aux personnes salariées une porte d’entrée unique et une expertise intégrée en matière de normes du travail, d’équité salariale et de santé et de sécurité du travail. Sa structure de gouvernance est paritaire. Elle a notamment pour mission de gérer le Fonds de la santé et de la sécurité du travail, un fonds entièrement autofinancé dont elle est fiduciaire. Pour plus d’information, visitez notre site Web à cnesst.gouv.qc.ca et suivez-nous sur Facebook (facebook.com/cnesst), Twitter (twitter.com/cnesst) et LinkedIn (linkedin.com/company/cnesst).  

Contact

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Tous droits reservés © 2014 La télévision de la Vallée-du-Richelieu
Propulsé par 7Dfx