Politiques

25 janvier 2021

Plan municipal d’emplois de l’UMQ Les municipalités invitées à soutenir à nouveau les jeunes de la DPJ en 2021

Plan municipal d’emplois de l’UMQ Les municipalités invitées à soutenir à nouveau les jeunes de la DPJ en 2021

L’Union des municipalités du Québec (UMQ) invite les municipalités de partout au Québec à participer à nouveau en grand nombre, en 2021, à son Plan municipal d’emplois pour les jeunes sous la protection de la jeunesse. « En 2021, le milieu municipal peut encore une fois faire la différence dans la vie des jeunes sous la protection de la jeunesse, et favoriser leur intégration au sein de leur communauté par le biais du Plan municipal d’emplois de l’UMQ. J’invite l’ensemble de mes collègues à soutenir, encore cette année, les jeunes de la DPJ dans leur région grâce à cette belle initiative aux retombées porteuses », a déclaré la présidente de l’UMQ et mairesse de Sainte-Julie, madame Suzanne Roy. Chaque année, 5 000 jeunes âgés de 18 ans quittent les services de la protection de la jeunesse et doivent faire face aux multiples défis que pose la vie autonome : trouver un logement et un travail, se nourrir et poursuivre ses études. Ces jeunes disposent d’un faible réseau social et familial pour les soutenir dans cette transition et trop souvent, ils se retrouvent à la rue. Le Plan municipal d’emplois de l’UMQ pour les jeunes sous la protection de la jeunesse vise donc à mieux intégrer ces jeunes dans leur communauté lorsqu’ils atteignent l’âge adulte, en leur permettant de développer leur employabilité grâce à un emploi temporaire au sein d’une municipalité de leur région. Ils peuvent ainsi acquérir des aptitudes au travail, en plus de découvrir les multiples compétences et services offerts par une municipalité. Initié en 2013, le programme connaît depuis une progression constante du nombre de municipalités participantes. En 2019, 52 municipalités ont offert 107 emplois dans le cadre du programme. Depuis sept ans, plus de 500 emplois ont été offerts à des jeunes sous la protection de la jeunesse grâce au Plan. « Depuis le début de la crise sanitaire, les gouvernements de proximité ont dû revoir leurs priorités et faire preuve d’agilité, entre autres au chapitre de la gestion de leurs ressources humaines, afin de continuer à répondre efficacement aux besoins de leur population. Aux élues et élus qui se demanderaient s’il est pertinent que leur municipalité participe au Plan municipal d’emplois cette année malgré le contexte actuel, je répondrais oui, absolument. C’est même plus nécessaire que jamais, alors que ces jeunes doivent relever des défis additionnels que peut entraîner pour eux la pandémie en matière d’éducation, d’accès au marché du travail et de support social. Ce n’est pas le moment de les laisser tomber ! », a ajouté madame Roy. Soulignons que, dans le contexte de la pandémie de la COVID-19, les jeunes accueillis dans le cadre du programme seront bien informés des règles sanitaires en vigueur avant même leur arrivée dans les milieux de travail, et ce, afin de pouvoir réaliser les tâches qui leur seront attribuées en toute sécurité. Rappelons qu’en octobre dernier, l’UMQ a conclu un partenariat avec l’entreprise SIRCO afin de consolider son appui aux jeunes sous la protection de la jeunesse dans le cadre de son Plan municipal d’emplois. En vertu de ce partenariat d’une durée de trois ans, SIRCO versera annuellement 5 000 $ afin de rembourser certaines dépenses nécessaires afin que les jeunes occupent les emplois offerts par les municipalités dans le cadre du programme (transport, équipement, cours d’appoint, etc.). De plus, l’entreprise remettra annuellement une bourse d’études de 1 000 $ à une jeune ou à un jeune sous la protection de la jeunesse souhaitant poursuivre des études dans le domaine de la sécurité. Pour en connaître davantage sur le Plan municipal d’emplois, consultez le site Web de l’UMQ. Les municipalités intéressées à participer au programme cette année peuvent remplir le formulaire d’inscription disponible en ligne ou contacter madame Brigitte Béliveau, conseillère analyste en droit du travail et sécurité du travail, au 514 282-7700, poste 238, ou à bbeliveau@umq.qc.ca. La voix des gouvernements de proximitéDepuis maintenant 100 ans, l’UMQ rassemble les gouvernements de proximité de toutes les régions du Québec. Sa mission est d’exercer un leadership fort pour des gouvernements de proximité autonomes et efficaces. Elle mobilise l’expertise municipale, accompagne ses membres dans l’exercice de leurs compétences et valorise la démocratie municipale. Ses membres, qui représentent plus de 85 % de la population et du territoire du Québec, sont regroupés en caucus d’affinité : municipalités locales, municipalités de centralité, cités régionales, grandes villes et municipalités de la Métropole.

19 janvier 2021

Plan de relance économique du milieu culturel Le gouvernement du Québec bonifie de 90 000 $ le soutien à 2 institutions muséales de la région de Borduas

Plan de relance économique du milieu culturel Le gouvernement du Québec bonifie de 90 000 $ le soutien à 2 institutions muséales de la région de Borduas

Le député de Borduas, ministre de la Justice et ministre responsable de la Montérégie, M. Simon Jolin-Barrette, est heureux d’annoncer, au nom dela ministre de la Culture et des Communications, Mme Nathalie Roy, l’octroi d’une somme additionnelle de 90 000 $ à 2 institutions muséales de la région de Borduas pour l’exercice financier 2020-2021, dans le cadre du Plan de relance économique du milieu culturel annoncé en juin dernier. En raison de la fermeture des lieux publics et des mesures sanitaires imposées depuis le printemps 2020, les institutions muséales sont privées d’importants revenus autonomes. Cette enveloppe supplémentaire, issue du Plan de relance économique du milieu culturel, vise à stabiliser leur situation financière, et à permettre une reprise plus rapide et durablede leurs activités lorsque la situation sanitaire le permettra. À l’échelle nationale, ce sont 112 institutions muséales qui ont bénéficié d’une bonification, pour un montant total de 5,03 M$. Cette somme s’ajoute à l’enveloppe budgétaire de plus de 21 M$ déjà allouée pour l’année en cours, et porte l’aide totale à 26,8 M$, en hausse de 23 %. Conscient des effets collatéraux des mesures sanitaires sur le secteur de la muséologie, le gouvernement du Québec, en bonifiant l’aide au fonctionnement des musées dans le cadre de son plan de relance, permet de préserver ces institutions qui jouent un rôle essentiel dans la démocratisation de la culture auprès des citoyens et des familles. Bonification octroyée par institution muséale dans la région de Borduas La Maison amérindienne 45 000 $Maison nationale des Patriotes 45 000 $ Citations :« Je suis de tout cœur avec les institutions muséales touchées par les effets collatéraux de la pandémie, et je les remercie de leur engagement. C’est une priorité pour notregouvernement d’aider les musées, de même que les autres organisations culturelles, à traverser cette période difficile. Je suis donc très heureuse de pouvoir annoncer aujourd’hui que notre Plan de relance économique du milieu culturel nous a permis de bonifier le soutienfinancier destiné aux musées. Ces sommes supplémentaires traduisent notre volonté de préserver ce vaste réseau muséal dont nous sommes fiers. » Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications « Je me réjouis de cette nouvelle, car La Maison amérindienne et la Maison nationale des Patriotes constituent des lieux culturels importants pour la circonscription de Borduas. Elles sont empreintes d’histoire et représentent une belle carte de visite de notre région. Leur bagage patrimonial est une fierté pour la communauté. Ces institutions muséales situées àMont-Saint-Hilaire et à Saint-Denis-sur-Richelieu font rayonner et vivre notre culture. L’octroi de cette bonification est un signe encourageant pour le milieu culturel et démontre notre désir de les appuyer pendant cette crise. »Simon Jolin-Barrette, député de Borduas, ministre de la Justice et ministre responsable de la Montérégie Plan de relance économique du milieu culturelDoté d’une enveloppe de 450 M$, le Plan de relance économique du milieu culturel est composé de mesures qui visent à stimuler la création artistique, à relancer la production de contenus culturels québécois et à permettre au milieu de s’adapter aux nouvelles façons d’aller à la rencontre du public, dans le contexte de la pandémie qui sévit actuellement. Fait saillant :• La bonification vient s’ajouter à l’aide régulière déjà offerte aux institutions muséales. En effet, pour l’exercice financier 2020-2021, le ministère de la Culture et des Communications soutient au fonctionnement 112 institutions muséales : 96 institutions muséales soutenues par le programme Aide au fonctionnement pour les institutions muséales, pour un montant de 18 147 100 $, et 16 institutions muséales à vocation scientifique et technologique soutenues par Autres interventions particulières en culture et communications, pour un montant de 3 670 810 $. Liens connexes :• Réseau muséal au Québec• Plan de relance économique du milieu culturel

25 janvier 2021

C’est un départ : le projet de réfection du Centre aquatique de Mont-Saint-Hilaire va de l’avant!

C’est un départ : le projet de réfection du Centre aquatique  de Mont-Saint-Hilaire va de l’avant!

La Ville de Mont-Saint-Hilaire est heureuse d’annoncer qu’elle va de l’avant avec le projet de réfection de son Centre aquatique municipal, même si elle n’a pas obtenu la subvention demandée au Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives. Maintenant le cap sur le projet initial évalué aujourd’hui à 10 millions $, la Ville est confiante de pouvoir réaliser un Centre aquatique dont les installations et les services s’arrimeront étroitement aux besoins de la population, tout en satisfaisant à des normes et à des valeurs de développement durable. Le projet de réfection s’amorcera dès cette année et l’échéancier actuel prévoit une ouverture au public dès l’automne 2022. De par sa nature, le projet de Centre aquatique est rassembleur. Il permettra à l’ensemble de la population de pouvoir bénéficier des installations sportives aquatiques actuelles, tout en améliorant le concept d’accès universel et en bonifiant l’offre de services et d’activités aux usagers et aux usagères. Le Centre sera rénové et amélioré, entre autres, par l’agrandissement des vestiaires, qui deviendront universels, une meilleure visibilité pour les parents, qui pourront mieux constater les progrès de leur enfant, un ajout d’une fenestration abondante vers l’extérieur, qui offrira une plus grande luminosité. Cette bonne nouvelle a de quoi réjouir les adeptes de sports et de loisirs aquatiques, pratiqués par les citoyennes et les citoyens de tous les âges, qui utilisent la piscine pour s’entraîner dans un cadre sécuritaire et supervisé, pour se divertir ou tout simplement pour socialiser. Alors qu’il était encore ouvert, le Centre aquatique représentait annuellement : plus de 1 500 cours de natation aux jeunes de 4 mois à 18 ans, pas moins de 1 200 usagers des cours d’Aquaforme, plus de 40 000 passages pour les bains libres, sans compter ses services de locations de groupe. Le projet de réfection du Centre aquatique est fort attendu depuis sa fermeture en novembre 2019. Le décompte est commencé, puisque population hilairemontaise pourra suivre l’évolution du projet au cours des prochains mois. Les faits saillants du projet seront diffusés sur les différents outils de communication municipaux à chaque étape cruciale de réalisation. Restez à l’affût du site Internet, de Facebook et du bulletin d’information municipal Horizon pour de plus amples renseignements. À propos de la Ville de Mont-Saint-HilaireMont-Saint-Hilaire est une ville de plus de 19 000 citoyens. Ville de nature, d’art et de patrimoine, elle est fière de ses valeurs de développement durable, qu’elle manifeste notamment en protégeant et en préservant ses milieux naturels. Mont-Saint-Hilaire est aussi un lieu incontournable de l’activité artistique et touristique de la Vallée-du-Richelieu et possède un riche patrimoine historique et culturel.

08 janvier 2021

Pandémie de COVID-19 Un plan actualisé pour l’éducation : des mesures importantes pour maintenir nos écoles ouvertes et soutenir la réussite scolaire

Pandémie de COVID-19 Un plan actualisé pour l’éducation : des mesures importantes pour maintenir nos écoles ouvertes et soutenir la réussite scolaire

Afin d’assurer un retour en classe dans les conditions les plus sécuritaires qui soient les 11 et 18 janvier, le ministre de l’Éducation, M. Jean-François Roberge, accompagné du Dr RichardMassé, conseiller médical stratégique à la Direction de la santé publique, annonce la mise en place d’une série de nouvelles mesures pédagogiques et sanitaires. Ce plan actualisé permettra aux élèves et aux membres du personnel de bénéficier de tout le soutien nécessaire pour poursuivre l’année scolaire.Mise en place d’un programme de tutorat et de mesures supplémentaires pour la réussite scolaire et la santé mentale Tout d’abord, pour soutenir davantage les élèves vivant des difficultés scolaires, le gouvernement annonce le lancement de divers programmes de tutorat qui débuteront dès la fin de janvier. Par l’entremise de la plateforme « Répondez présent », une banque de tuteurs sera constituée et un appel sera lancé au personnel volontaire des centres de services scolaires, aux retraités de l’éducation ainsi qu’aux étudiants collégiaux et universitaires pour soutenir les élèves dans le besoin. Les enseignants pourront diriger leurs élèves vers ces services gratuits. Des forums pédagogiques accessibles aux élèves, sept jours sur sept, seront également organisés avec la collaboration d’organismes partenaires.Par ailleurs, une application mobile sera créée permettant aux jeunes d’avoir accès à de nombreuses ressources, témoignages, vidéos, etc. Cette initiative, en collaboration avec des organismes partenaires, vise à offrir davantage de soutien psychosocial et à renforcer le filet de sécurité nécessaire pour que les élèves puissent réaliser leur plein potentiel. De plus, des espaces d’échanges sur des thèmes répondant aux besoins des jeunes seront instaurés pour permettre de briser l’isolement et offrir des avenues pour gérer le stress. Un service de messagerie (chat) accessible partout au Québec sera aussi pris en charge par des modérateurs et intervenantsAnnulation des épreuves ministérielles et report du premier bulletinTel que cela a été annoncé l’automne dernier, l’année scolaire en cours comportera seulement deux étapes au lieu de trois. De plus, compte tenu de la situation, la production du premier bulletin, prévue le 22 janvier, peut être repoussée jusqu’au 5 février au besoin. Aussi, comme l’ont demandé plusieurs intervenants, nous modifierons la pondération des bulletins de manière à ce que le premier bulletin ait une importance moins grande. Un nouveau guide clair résumant les savoirs essentiels incontournables à enseigner est également en production par le Ministère et sera rendu disponible pour les enseignants d’ici la fin de janvier. Dans ces conditions, les épreuves ministérielles au primaire et au secondaire sont annulées pour l’année scolaire2020-2021.Enseignement à distance : du matériel informatique pour tousNous pouvons maintenant confirmer que tous les centres de services scolaires disposent d’assez de matériel informatique pour répondre aux besoins de l’ensemble des élèves du primaire et du secondaire.Grâce aux commandes effectuées depuis juin dernier, ainsi qu’à la nouvelle réserve ministérielle de matériel informatique, mise en place à la demande du ministre de l’Éducation, tous les élèves auront accès à un appareil informatique adéquat pour poursuivre leurs apprentissages à distance. Mesures sanitaires renforcéesÀ ces nouvelles mesures de soutien pédagogique et psychosocial s’ajouteront des mesures sanitaires supplémentaires visant à limiter au maximum la propagation du virus dans nos écoles. Ainsi, dès le retour à l’école, le port du couvre-visage sera obligatoire en classe pour tous les élèves des 5 e et 6e années du primaire. Les élèves des 1er et 2e cycles du primaire devront, quant à eux, porter le couvre-visage lors de leurs déplacements à l’intérieur, dans toutes les aires communes et dans les transports scolaires. De plus, tous les élèves du secondaire, de la formation professionnelle et de la formation générale des adultes devront porter un masque de procédure plutôt qu’un couvre-visage. Ces masques leur seront fournis à raison de deux par jour.Finalement, dans le but d’assurer un contrôle rigoureux de la qualité de l’air dans les écoles, des tests ont été réalisés en décembre dernier pour mesurer le taux de dioxyde de carbone (CO2) dans 330 bâtiments scolaires. Les résultats obtenus permettent de constater des résultats optimaux, sous l’objectif de 1 000 ppm de CO2, dans la vaste majorité des classes testées. Cependant, des interventions immédiates seront nécessaires pour environ 3 % des locaux testés. Également, les CSS et les CS devront effectuer des tests de qualité de l’air dans l’ensemble des établissements du réseau scolaire, dès maintenant et tous les ans,pour s’assurer de leur conformité. Des interventions rapides seront également faites lorsque nécessaire, conformément aux nouvelles recommandations émises par les autorités de santé publique à la suite du rapport du groupe d’experts scientifiques et techniques, coordonné par le ministère de la Santé et des Services sociaux. Des experts membres d’un ordre professionnel et désignés par un comité gouvernemental multipartite (formé du MEQ- MSSS- CNESST) seront dédiés et mis à contribution.Citation :« En juin dernier, nous avons présenté un plan solide, élaboré avec l’expertise des partenaires du réseau scolaire et des autorités de santé publique, permettant à tous les élèves de retourner poursuivre leurs apprentissages en classe pour la rentrée de septembre, après de trop longs mois passés à la maison. Ce plan a porté ses fruits, grâce notamment au travail incroyable du personnel scolaire. Contrairement à d’autres endroits dans le monde, nous avons toujours priorisé la présence des élèves en classe, et nous souhaitons ardemment poursuivre en ce sens en 2021. Pour nous assurer que nos élèves continuent d’apprendre, de socialiser et de se développer dans les meilleures conditions qui soient, nous actualisons aujourd’hui notre plan en y apportant de nouveaux ajustements qui tiennent compte à la fois de la situation sanitaire et de la situation pédagogique dans nos écoles. Nous sommes convaincus que les nouvelles mesures annoncées permettront non seulement de faire baisser la pression chez les élèves, leurs parentset le personnel, mais également de donner un soutien supplémentaire aux élèves qui en ont le plus besoin et de terminer ainsi cette année scolaire exceptionnelle en force.Jean-François Roberge, ministre de l’ÉducationRappel du retour en classe• Les écoles primaires ouvriront leurs portes le 11 janvier.• Les écoles secondaires, les centres d’éducation des adultes et les centres de formationprofessionnelle ouvriront le 18 janvier.• Au secondaire, les classes ou les écoles spécialisées qui offrent des services régionaux ousuprarégionaux de scolarisation à des élèves lourdement handicapés ainsi que les établissements d’enseignement privés spécialisés en adaptation scolaire pourront toutefois continuer à recevoir  leurs élèves à l’école selon le calendrier scolaire habituel. Il sera aussi possible pour l’équipe-école de permettre à certains élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (EHDAA) ou à des élèves vulnérables qu’ils auront identifiés préalablement de recevoir des services éducatifs en présence d’ici la rentrée du 18 janvier.• Pour cette même période, dans les régions où le réseau Internet est inaccessible ou inadéquatpour la formation à distance, sous la supervision de personnel non enseignant, les élèves pourront  exceptionnellement se rendre dans les établissements afin de profiter du réseau Internet pour l’enseignement à distance. Dans tous ces cas, les mesures de distanciation et les règles sanitaires lorsque des élèves ou du personnel sont en présence devront être respectées.• En ce qui a trait aux élèves de la formation professionnelle et de la formation générale des adultes, lorsque le programme ou les compétences à acquérir le requièrent, notamment pour maîtriser des apprentissages pratiques sur des équipements spécifiques ou en laboratoire, ces services pourront être offerts en présence à partir du 11 janvier.Lien connexe :• Pour en savoir davantage sur le coronavirus, la population est invitée à consulter le sitequebec.ca/coronavirus

21 janvier 2021

Rentrée parlementaire du Bloc Québécois; FIABLES ET FIERS POUR LE QUÉBEC

Rentrée parlementaire du Bloc Québécois;     FIABLES ET FIERS POUR LE QUÉBEC

À l’issue du caucus présessionnel virtuel du Bloc Québécois, qui se tenait le 20 janvier dernier, le député de Montarville, M. Stéphane Bergeron, a fait écho aux propos de son chef, M. Yves‑François Blanchet, pour dévoiler les priorités de l’aile parlementaire bloquiste dans le cadre d’une rentrée parlementaire plus que jamais marquée par la COVID‑19. «En plein confinement, la priorité du Québec et du Bloc Québécois est la gestion de la pandémie. Nous allons talonner Justin Trudeau pour qu’il assume sa responsabilité d’approvisionner le Québec en vaccins. Il devra assumer sa responsabilité de gérer les frontières et les quarantaines. Il devra assumer sa responsabilité envers les aînés, qui sont les plus touchés par la pandémie et les moins soutenus financièrement. Il devra assumer sa responsabilité dans les difficultés vécues par le réseau de la santé du Québec et enfin hausser les transferts en santé. Parallèlement, nos élus continueront de proposer des solutions au déclin du français au Québec et de soutenir les valeurs communes des Québécois et leurs choix de société. Le Bloc Québécois sera fiable et fier pour le Québec», a déclaré M. Blanchet. La rentrée du Bloc Québécois sera donc axée sur la gestion de la pandémie et l’identité québécoise. Elle s’articulera plus spécifiquement autour de cinq priorités: L’approvisionnement en vaccins – Il nous apparaît inconcevable que, malgré les ententes soi-disant conclues avec la compagnie, et ce, alors que la situation est plus critique que jamais, l’approvisionnement en doses du vaccin de Pfizer soit réduit au cours des prochaines semaines;Le contrôle des frontières – Il est plus nécessaire que jamais, si on veut éviter une réédition des dérapages du printemps dernier faisant suite à la semaine de relâche, que le gouvernement Trudeau interdise purement et simplement les vols internationaux non essentiels et mette en place des mesures de contrôle efficaces des quarantaines des voyageurs;Le soutien de nos aînés – Le Bloc s’était fermement engagé, durant la campagne électorale, à améliorer la qualité de vie de nos aînés par une hausse pérenne de 110 $ par mois de la pension de vieillesse et une augmentation du Supplément de revenu garanti (SRG), et ce, dès l’âge de 65 ans afin, de soutenir leur pouvoir d’achat, particulièrement dans un contexte de relance économique;La hausse des transferts en santé – Alors que la pandémie a révélé les faiblesses du système de santé et que la contribution fédérale aux soins de santé correspond à moins de 25% des coûts, nous exigeons qu’Ottawa augmente significativement les transferts aux provinces, afin que sa participation atteigne de nouveau 50 % des frais relatifs aux soins de santé et que cette contribution, conformément à ses engagements en la matière, soit permanente et sans condition.Le français – La session parlementaire de l’automne 2020 nous a permis de constater le peu d’importance que plusieurs accordent au français à Ottawa, particulièrement chez certains députés libéraux et du côté de la diplomatie canadienne. Cela dit, fait plutôt rarissime, toutes les formations politiques, à Ottawa, s’entendent pour reconnaître que le français est en déclin, même au Québec et plus particulièrement à Montréal. Il s’agit d’une occasion à saisir pour relayer les revendications du Québec, notamment à l’effet d’appliquer la Loi 101 aux entreprises de juridiction fédérale et de rendre la connaissance suffisante du français obligatoire pour l’obtention de la citoyenneté au Québec. «À titre de porte-parole du Bloc Québécois en matière d’affaires étrangères et d’affaires intergouvernementales, je me sens interpellé au premier chef par ces différentes priorités. Depuis les premières éclosions de COVID-19, au printemps dernier, je réclame du gouvernement fédéral, par exemple, qu’il exerce un contrôle plus serré aux frontières et qu’il investisse davantage dans les soins de santé. Dans tous ces cas, il s’est montré négligeant, préférant distribuer à droite et à gauche de l’argent que nous n’avons pas, tout en prenant bien soin de permettre à des amis de se servir au passage. Nous en voyons aujourd’hui le résultat… Il est temps de se ressaisir et de faire mieux, afin que nous puissions enfin nous engager résolument sur la voie de la sortie de crise. Le gouvernement Trudeau aura-t-il le sens des responsabilités requis pour ce faire? Quoiqu’il arrive, nous entendons continuer à le rappeler sans cesse à ses responsabilités», de conclure Stéphane Bergeron.

Contact

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Tous droits reservés © 2014 La télévision de la Vallée-du-Richelieu
Propulsé par 7Dfx