Affaires publiques

20 février 2020

« NOUS EXIGEONS UNE LEVÉE IMMÉDIATE DES BARRICADES »

« NOUS EXIGEONS UNE LEVÉE IMMÉDIATE DES BARRICADES »

Devant le déploiement d’une crise aux effets graves pour l’économie du Québec, de la Montérégie et de la circonscription de Beloeil-Chambly, le député Yves-François Blanchet, également chef du Bloc Québécois, a jugé pertinent d’exprimer sa solidarité à l’endroit des citoyens et des entreprises affectées par le blocus. « J’ai le plus grand respect pour l’autonomie des nations autochtones. Je crois aussi qu’il n’y a pas d’avenir économique dans l’augmentation de l’exploitation des énergies fossiles de l’Ouest canadien. Je crois qu’il faut nous tourner vers des modèles basés sur l’innovation et la création de richesse durable. Je pense quand même qu’il faut que les barricades soient immédiatement levées, si ce n’est déjà fait au moment où les gens liront ces lignes, et qu’une solution durable doit être trouvée pour qu’elles ne reviennent pas. » Le chef du Bloc Québécois déplore que des entreprises de la circonscription soient ainsi menacées de ruptures répétées d’approvisionnement de matières essentielles à leurs activités de production, que des travailleurs risquent de perdre temporairement leur emploi et que d’autres se voient dans l’impossibilité de se rendre au travail : « Nous devons immédiatement sortir de cette logique qui veut que désormais, des communautés autochtones puissent prendre l’économie canadienne et québécoise en otage en étranglant son système névralgique mais vulnérable de transport ferroviaire, a-t-il affirmé. Le gouvernement du Canada a une responsabilité et c’est à coups de déceptions et d’engagements creux qu’il a perdu la confiance des Autochtones du Québec et du Canada. » Depuis le début de la crise, le député de Beloeil-Chambly a multiplié les propositions au Premier ministre Trudeau : cellule de crise rendant des comptes quotidiens, établissement d’une table permanente de négociation, nomination d’un médiateur indépendant, remplacement des policiers de la GRC sur le territoire de la nation Wet’suwet’en par des policiers autochtones et suspension temporaire des travaux du gazoduc GasLink en sont plusieurs exemples. « Nous avons des raisons de croire que ces propositions mèneraient non seulement à la levée des barricades, mais aussi à un dialogue durable et au rétablissement de la confiance dans notre système de transport, a suggéré Yves-François Blanchet. En revanche, le recours à la violence porte la promesse qu’il faudra y revenir encore et encore parce que cette provocation ne règlera rien et pourrait mener à une escalade violente. Je comprends toutefois qu’éventuellement, le gouvernement du Québec, qui cherche activement des solutions, pourrait n’avoir plus le choix d’y recourir. » Le député Blanchet invite les entreprises et les citoyens ayant des enjeux à faire valoir à s’adresser au bureau de circonscription de Beloeil-Chambly où ils recevront du support et qui lui communiquera les situations ainsi présentées.

14 février 2020

Terrains municipaux : L’amendement surprise aura un impact majeur sur les comptes de taxes

Terrains municipaux : L’amendement surprise aura un impact majeur sur les comptes de taxes

Le Caucus des grandes villes de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) a profité de sa rencontre aujourd’hui à Montréal pour demander au gouvernement du Québec de convoquer, dans les deux prochaines semaines, une Table Québec-municipalités avec le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, monsieur Jean-François Roberge, pour trouver une solution afin de rembourser les municipalités lors de la cession de terrains municipaux aux centres de services scolaires et ainsi éviter d’avoir un impact sur le compte de taxes municipales des contribuables. « En ce moment, la réforme aura un impact direct sur le compte de taxes des contribuables municipaux. Pour certaines grandes villes, la valeur des terrains municipaux convoités peut atteindre plusieurs dizaines de millions de dollars. Hier, j’ai eu l’opportunité de discuter avec les ministres Roberge et Laforest des importantes réserves qu’entretiennent les municipalités du Québec, et particulièrement le Caucus des grandes villes de l’UMQ, face à cet amendement déposé, disons-le, en catimini. Maintenant, nous tendons la main au gouvernement pour identifier des pistes de solutions qui sont à la hauteur de la valeur réelle des terrains situés dans nos municipalités », a déclaré d’entrée de jeu madame Suzanne Roy, présidente intérimaire de l’UMQ et mairesse de Sainte-Julie. Forte de l’appui des 82 villes de la Communauté métropolitaine de Montréal, l’UMQ réitère que le gouvernement du Québec aurait dû consulter les municipalités avant de prendre une décision aussi lourde de conséquences. « La consultation en amont avec les villes aurait évité la crise médiatique que nous vivons depuis quelques jours. Maintenant, on se retrouve avec une réforme qui vient remettre en question les gains obtenus par le dernier pacte fiscal entre Québec et les municipalités. Nos citoyennes et citoyens ne peuvent pas se permettre cela », a ajouté monsieur Maxime Pedneaud-Jobin, président du Caucus des grandes villes de l’UMQ et maire de Gatineau. « Cet amendement aura aussi pour effet de créer de la spéculation sur les terrains visés par les centres de services scolaires, qui viendront s’ajouter au fardeau fiscal des contribuables municipaux », a conclu Madame Roy. À propos du Caucus des grandes villes de l'UMQLe Caucus des grandes villes de l'UMQ est formé des municipalités québécoises comptant 100 000 citoyennes et citoyens et plus. Le caucus compte dix municipalités membres : Gatineau, Laval, Lévis, Longueuil, Montréal, Québec, Saguenay, Sherbrooke, Terrebonne et Trois-Rivières. La voix des gouvernements de proximitéDepuis maintenant 100 ans, l’UMQ rassemble les gouvernements de proximité de toutes les régions du Québec. Sa mission est d’exercer un leadership fort pour des gouvernements de proximité autonomes et efficaces. Elle mobilise l’expertise municipale, accompagne ses membres dans l’exercice de leurs compétences et valorise la démocratie municipale. Ses membres, qui représentent plus de 85 % de la population et du territoire du Québec, sont regroupés en caucus d’affinité : municipalités locales, municipalités de centralité, cités régionales, grandes villes et municipalités de la Métropole.

31 janvier 2020

Des redevances pour frais de croissance qui seront réinvesties dans des fonds bénéficiant à la communauté

Des redevances pour frais de croissance qui seront réinvesties dans des fonds bénéficiant à la communauté

Le conseil municipal de la Ville de Carignan a adopté le mercredi 15 janvier un règlement innovateur prévoyant le paiement d’une contribution de croissance pour toute nouvelle construction ou lot se développant sur le territoire, tant au niveau résidentielqu’au niveau commercial ou industriel. L’objectif visé par ce règlement est de partager les coûts en lien avec le développement du territoire et la croissance de la population carignanoiseet d’assurer une équité pour les résidents actuels. En effet, la contribution monétaire exigée vise à financer une dépense liée à l’ajout, à l’agrandissement ou à la modification d’infrastructures ou d’équipements municipaux requis pour assurer la prestation accrue de services municipaux. Les contributions monétaires exigées permettront à la Ville de financer une partie de l’accroissement des services municipaux qui résulte notamment du développement des nouveaux quartiers et de la densification de certains secteurs. « Il est important que les citoyens actuels de Carignan ne supportent pas toute la pression des charges générées par les nouveaux projets de développement. Une telle mesure permettra de récolter des redevances qui seront réinvesties dans nos infrastructures municipales, et cela au bénéfice de toute la communauté » a expliqué le maire de Carignan, M. Patrick Marquès. En effet, les redevances en lien avec cette nouvelle contribution seront versées dans deux (2) fonds précis : Le premier fonds sera dédié aux « Infrastructures - Loisirs culture et administration ». Cette contribution de croissance favorisera et soutiendra la création, l’aménagement, le réaménagement et la mise à niveau de bâtiments culturels, plateaux sportifs et bâtiments administratifs, existants ou futurs, localisés, planifiés ou à être planifiés sur l’ensemble du territoire de Carignan.La contribution est fixée à 2 400 $ par unité de logements(le montant diffère pour les 4 pièces ½ et moins)et de résidences, ainsi que par unité équivalente de commerces et d’industries. Le second fonds sera quant à lui dédié aux « Infrastructures - Hygiène du milieu ». Il permettra de mettre à niveau ou d’augmenter la capacité d’accueil des équipements ou infrastructures de gestion de l’eau potable et des rejets à l’égout, ainsi que la construction de nouveaux équipements ou infrastructures de gestion de l’eau potable et des rejets à l’égout.Ces projets devront se situer dans les zones du territoire identifiées au plan ci-contre (zones colorées). La contribution est fixée à 2 600 $ par unité de logements (le montant diffère pour les 4 pièces ½ et moins) et de résidences, ainsi que par unité équivalente de commerces et d’industries.  Exclusions Tous lesprojets de construction autorisés par résolution ou règlement du conseil municipal ou selon un protocole d’entente avec promoteur signé avant l’entrée en vigueur du présent règlement ne seront pas affectés par cette mesure. De la même façon, les demandes de permis de démolition et de reconstruction ne sont pas assujetties au paiement d’une contribution de croissance lorsque le nombre d’unités n’augmente pas. Et finalement, aucun frais de croissance ne sera exigé pour les permis de construction neuve ou lotissement émis avant l’entrée en vigueur du présent règlement. .  

23 janvier 2020

Toute circulation sur les terres agricoles, terrains privés, parcs publics et pistes cyclables est interdite

Toute circulation sur les terres agricoles, terrains privés, parcs publics et pistes cyclables est interdite

En vertu du règlement municipal, la Ville de Carignan rappelle que la circulation des véhicules hors route, comme les tout-terrains et les motoneiges, est prohibée sur les terrains privés, les terres agricoles, les parcs publics, passages, passerelles publiques, pistes cyclables, terrains de récréation et terrains de jeux qui sont situés dans les limites de la ville. Le sentier de la pointe nord de l’île aux Lièvres ainsi que la piste cyclable de la Route verte ne font pas exception. Quiconque contrevient au règlement commet une infraction et est passible d’une amende. Les usagers de véhicules hors route sont donc fortement invités à circuler sur les pistes balisées.

17 février 2020

Cession de terrains municipaux aux centres de services scolaires

Cession de terrains municipaux aux centres de services scolaires

L’Union des municipalités du Québec (UMQ) a rencontré aujourd’hui, à Québec, la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, madame Andrée Laforest, et le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, monsieur Jean-François Roberge, à propos de la loi 40 et la cession de terrains municipaux aux centres de services scolaires. Cette première rencontre a été marquée par des discussions franches entre élues et élus. La position du monde municipal demeure cependant inchangée : il n’appartient pas aux municipalités de payer pour le terrain des écoles. « Cette première rencontre était nécessaire. Nos échanges se poursuivront puisque les partenaires n'ont convenu d’aucune solution concrète pour le moment. Une deuxième réunion de travail visant à identifier des pistes de solution aura d’ailleurs lieu d’ici deux semaines avec madame Laforest et monsieur Roberge », a déclaré la présidente intérimaire de l’UMQ et mairesse de Sainte-Julie, madame Suzanne Roy. « Le gouvernement du Québec aurait dû consulter l’Union et ses membres sur cette question, s’il prévoyait déposer au dernier moment un amendement au projet de loi 40. Il faut maintenant identifier des solutions afin d’éviter de devoir refiler la facture à nos contribuables. Mes collègues du Caucus des grandes villes de l’UMQ, la présidente intérimaire et moi ferons d’ailleurs le point sur la situation demain à Montréal », a conclu monsieur Maxime Pedneaud-Jobin, président du Caucus des grandes villes de l’UMQ et maire de Gatineau. Soulignons que dès 2018, les membres du conseil d’administration de l’UMQ ont, dans une résolution unanime, enjoint le gouvernement du Québec à prévoir un financement complet de l’achat de terrains à la valeur marchande pour la construction et l’agrandissement d’établissements scolaires. L’Union a également participé, la même année, à un comité de travail interministériel sur cette question qui a proposé des recommandations allant dans le sens des demandes du milieu municipal. La voix des gouvernements de proximitéDepuis maintenant 100 ans, l’UMQ rassemble les gouvernements de proximité de toutes les régions du Québec. Sa mission est d’exercer un leadership fort pour des gouvernements de proximité autonomes et efficaces. Elle mobilise l’expertise municipale, accompagne ses membres dans l’exercice de leurs compétences et valorise la démocratie municipale. Ses membres, qui représentent plus de 85 % de la population et du territoire du Québec, sont regroupés en caucus d’affinité : municipalités locales, municipalités de centralité, cités régionales, grandes villes et municipalités de la Métropole.

04 février 2020

Des redevances pour frais de croissance qui seront réinvesties dans des fonds bénéficiant à la communauté

Des redevances pour frais de croissance qui seront réinvesties dans des fonds bénéficiant à la communauté

Le conseil municipal de la Ville de Carignan a adopté le mercredi 15 janvier un règlement innovateur prévoyant le paiement d’une contribution de croissance pour toute nouvelle construction ou lot se développant sur le territoire, tant au niveau résidentielqu’au niveau commercial ou industriel. L’objectif visé par ce règlement est de partager les coûts en lien avec le développement du territoire et la croissance de la population carignanoiseet d’assurer une équité pour les résidents actuels. En effet, la contribution monétaire exigée vise à financer une dépense liée à l’ajout, à l’agrandissement ou à la modification d’infrastructures ou d’équipements municipaux requis pour assurer la prestation accrue de services municipaux. Les contributions monétaires exigées permettront à la Ville de financer une partie de l’accroissement des services municipaux qui résulte notamment du développement des nouveaux quartiers et de la densification de certains secteurs. « Il est important que les citoyens actuels de Carignan ne supportent pas toute la pression des charges générées par les nouveaux projets de développement. Une telle mesure permettra de récolter des redevances qui seront réinvesties dans nos infrastructures municipales, et cela au bénéfice de toute la communauté » a expliqué le maire de Carignan, M. Patrick Marquès. En effet, les redevances en lien avec cette nouvelle contribution seront versées dans deux (2) fonds précis : Le premier fonds sera dédié aux « Infrastructures - Loisirs culture et administration ». Cette contribution de croissance favorisera et soutiendra la création, l’aménagement, le réaménagement et la mise à niveau de bâtiments culturels, plateaux sportifs et bâtiments administratifs, existants ou futurs, localisés, planifiés ou à être planifiés sur l’ensemble du territoire de Carignan.La contribution est fixée à 2 400 $ par unité de logements(le montant diffère pour les 4 pièces ½ et moins)et de résidences, ainsi que par unité équivalente de commerces et d’industries. Le second fonds sera quant à lui dédié aux « Infrastructures - Hygiène du milieu ». Il permettra de mettre à niveau ou d’augmenter la capacité d’accueil des équipements ou infrastructures de gestion de l’eau potable et des rejets à l’égout, ainsi que la construction de nouveaux équipements ou infrastructures de gestion de l’eau potable et des rejets à l’égout.Ces projets devront se situer dans les zones du territoire identifiées au plan ci-contre (zones colorées). La contribution est fixée à 2 600 $ par unité de logements (le montant diffère pour les 4 pièces ½ et moins) et de résidences, ainsi que par unité équivalente de commerces et d’industries.   Exclusions Tous lesprojets de construction autorisés par résolution ou règlement du conseil municipal ou selon un protocole d’entente avec promoteur signé avant l’entrée en vigueur du présent règlement ne seront pas affectés par cette mesure. De la même façon, les demandes de permis de démolition et de reconstruction ne sont pas assujetties au paiement d’une contribution de croissance lorsque le nombre d’unités n’augmente pas. Et finalement, aucun frais de croissance ne sera exigé pour les permis de construction neuve ou lotissement émis avant l’entrée en vigueur du présent règlement. Entrée en vigueur du règlementLe règlement 521 (2019) entrera en vigueur dès la réception de l’avis de conformité de la MRC de la Vallée-du-Richelieu.

30 janvier 2020

Lancement de la Politique Municipalité Amie des Aînés de Saint-Marc-sur-Richelieu

La municipalité de Saint-Marc-sur-Richelieu est fière de lancer sa toute première PolitiqueMunicipalité Amie des Aînés. Grâce au soutien du ministère de la Famille, cette politique estle fruit d’un effort collectif de réflexion et de planification qui dote la municipalité d’unevision inclusive.Pendant près de 2 ans, nos partenaires et le comité de pilotage ont travaillé très fort afin debien cerner les besoins qui favoriseront une qualité de vie de tous les aînés Saint-Marcoisainsi que leur participation à l’ensemble des activités du territoire.Venez assister au lancement de la Politique Municipalité Amie des Aînés de Saint-Marc-surRichelieu en grand nombre. Des viennoiseries et cafés seront servis

10 janvier 2020

COLLECTES DES MATIÈRES RÉSIDUELLES À DOMICILE

COLLECTES DES MATIÈRES RÉSIDUELLES À DOMICILE

– Afin de faciliter les opérations de déneigement ainsi que lacirculation des automobilistes et des piétons, la Ville de Saint-Basile-le-Grand demande la collaborationdes citoyens afin que les bacs demeurent accessibles pour les manœuvres des collectes automatisées, enles plaçant en bordure de leur propriété avant 7 h le jour de la collecte seulement.Elle souligne aussi qu’en évitant de déposer les bacs sur les infrastructures publiques comme les trottoirset les rues, cela diminue grandement les risques qu’ils soient brisés ou frappés lors des opérations dedéneigement. De plus, il est à noter que le bac roulant ne sera pas ramassé s’il n’est pas dégagé de laneige.Pour en savoir plus sur les collectes et dépôts de la Municipalité, visitez le villesblg.ca/tri ou joignez lesServices techniques (génie et travaux publics) par téléphone au 450 461-8000, poste 8300, ou par courrielà voirie@villesblg.ca.

03 février 2020

Bonification de l’aide au développement du transport collectif Le gouvernement du Québec répond aux demandes de l’UMQ

Bonification de l’aide au développement du transport collectif Le gouvernement du Québec répond aux demandes de l’UMQ

L’Union des municipalités du Québec (UMQ) accueille positivement l’annonce faite aujourd’hui par le ministre des Transports, monsieur François Bonnardel, de bonifier les aides admissibles et de simplifier les procédures dans le cadre du Programme d’aide au développement du transport collectif (PADTC). « Les mesures annoncées constituent une excellente nouvelle pour l’ensemble des régions du Québec. Ce premier pas significatif répond directement aux demandes formulées par l’UMQ au cours des dernières années et témoigne de l’engagement du ministre pour accroître l’offre de transport collectif à l’extérieur des grands centres », a déclaré la présidente intérimaire de l’UMQ et mairesse de Sainte-Julie, madame Suzanne Roy. Dans le mémoire qu’elle a présenté l’automne dernier lors des consultations du Chantier sur le financement de la mobilité, l’UMQ avait par ailleurs réclamé une bonification des aides minimales admissibles et un allègement administratif des programmes d’aide au transport collectif. L’UMQ apprécie que le ministre n’ait pas attendu la fin du chantier pour agir. L’Union salue par ailleurs la volonté exprimée par le ministre d’entreprendre une réflexion sur le financement des coûts d’exploitation des services de transport et offre sa pleine collaboration au ministre dans cet exercice. Rappelons que dans le cadre des consultations prébudgétaires, l’Union a invité le gouvernement du Québec à investir davantage en mobilité urbaine et régionale et à soutenir financièrement les municipalités pour payer les coûts d’exploitation de ces services. Les municipalités jouent un rôle de premier plan en transport et veulent collaborer à trouver des solutions au financement des opérations du transport collectif. C’est pourquoi l’Union tend la main au gouvernement du Québec et met à sa disposition sa vaste et fine connaissance des différentes réalités municipales au Québec pour bonifier les programmes existants. « Le fruit serait mûr, pour le gouvernement du Québec, de convier l’ensemble des partenaires concernés, dont les municipalités, à un Sommet sur le transport collectif interrégional, qui permettrait d’approfondir la réflexion sur les enjeux de transport et de mobilité dans toutes les régions et de mettre en place des pistes d’action adaptées aux différentes réalités municipales », a conclu Madame Roy. La voix des gouvernements de proximitéDepuis maintenant 100 ans, l’UMQ rassemble les gouvernements de proximité de toutes les régions du Québec. Sa mission est d’exercer un leadership fort pour des gouvernements de proximité autonomes et efficaces. Elle mobilise l’expertise municipale, accompagne ses membres dans l’exercice de leurs compétences et valorise la démocratie municipale. Ses membres, qui représentent plus de 85 % de la population et du territoire du Québec, sont regroupés en caucus d’affinité : municipalités locales, municipalités de centralité, cités régionales, grandes villes et municipalités de la Métropole.

24 janvier 2020

LE MINISTRE DE L’ÉDUCATION DÉPOSE UN IMPORTANT AMENDEMENT AU PROJET DE LOI 40 QUI BÉNÉFICIERA AUX MUNICIPALITÉS

LE MINISTRE DE L’ÉDUCATION DÉPOSE UN IMPORTANT AMENDEMENT AU PROJET DE LOI 40 QUI BÉNÉFICIERA AUX MUNICIPALITÉS

Lors des consultations sur le projet de loi 40 sur la gouvernance scolaire,le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, M. Jean-François Roberge, a déposé desamendements importants qui permettront, s’ils sont adoptés, de renforcer les liens entre les centres deservices et les municipalités et de garantir une représentativité équitable de l’ensemble de celles-ci au seinde chaque centre de services.Un premier amendement déposé en commission parlementaire prévoit la création de cinq districts sur leterritoire de chaque centre de services francophone. Ces districts, représentés par un administrateurparent, permettront d’assurer une représentation plus équitable de toutes les municipalités au sein descentres de services en empêchant, par exemple, que les administrateurs d’un centre de services neproviennent tous d’une même ville-centre.Un deuxième amendement, déposé plus récemment, prévoit quant à lui la tenue de rencontressemi-annuelles obligatoires entre les directeurs généraux des centres de services et ceux des instancesmunicipales ainsi que des municipalités régionales de comté (MRC). Ces rencontres permettront derenforcer les liens et la collaboration entre les centres de services et les municipalités partout au Québec,et ce, au bénéfice des élèves et de l’ensemble de la population.Ces modifications proposées au projet de loi no 40 reflètent la volonté gouvernementale de faire en sorteque la nouvelle gouvernance scolaire soit, plus que jamais, ancrée dans sa communauté.Citations :« En commission parlementaire, des intervenants nous ont fait part de leur souhait de voir les relationsentre les instances municipales et scolaires renforcées. Nous les avons écoutés. L’amendement proposé,s’il est adopté, renforcerait la collaboration, et il en découlerait, j’en suis convaincu, de nombreux projetscommuns, que ce soit des ententes pour le partage d’arénas, d’équipements sportifs, de terrains, ouencore une meilleure coordination lors de la construction de nouvelles infrastructures scolaires. Au bout ducompte, ce sont les élèves et l’ensemble de la population qui en bénéficieront. »Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieurFaits saillants : Le projet de loi no 40 vise à doter le Québec d’une gouvernance scolaire moderne, moinsbureaucratique et plus près des besoins des élèves et à leur offrir davantage de services. Le projet de loi prévoit la fin des élections scolaires et la transformation des commissions scolairesen autant de centres de services. Le projet de loi prévoit également une décentralisation importante de la prise de décision vers lesécoles. Le projet de loi prévoit la fin du mandat des commissaires scolaires le 29 février prochain.

28 novembre 2019

RAPPEL • STATIONNEMENT DE NUIT EN PÉRIODE HIVERNALE

RAPPEL • STATIONNEMENT DE NUIT EN PÉRIODE HIVERNALE

La Ville de Saint-Basile-le-Grand souhaite rappeler à sescitoyens que la période d’interdiction de stationner un véhicule sur la voie publique pendant la nuit, entre2 h et 7 h, est en vigueur du 1er décembre au 31 mars chaque année. En novembre dernier, la Ville aprocédé à l’adoption d’une nouvelle règlementation permettant dorénavant de stationner sur la rue lanuit lorsqu’aucune opération de déneigement n’est prévue.Pour s’informer • Info-déneigementLa Ville tient à souligner qu’il est de la responsabilité des citoyens de vérifier si le stationnement est toléréou non en utilisant les différents outils de communication mis à leur disposition. L’information est mise àjour par la Municipalité tous les jours à compter de 17 h. Le citoyen peut facilement obtenirl’information :• En s’abonnant aux avis « Stationnement de nuit en période hivernale » de la plateforme bciti dela Ville de Saint-Basile-le-Grand;• En visitant le villesblg.ca/deneigement;• En composant le 450 461-8000, option 8.Pour en savoir davantage à propos de la règlementation sur le stationnement de nuit en période hivernaleet pour connaitre tous les détails sur les outils utilisés par la Municipalité afin de diffuser l’information,visitez le villesblg.ca/deneigement.

Contact

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Tous droits reservés © 2014 La télévision de la Vallée-du-Richelieu
Propulsé par 7Dfx