NOUVEAU PROGRAMME MA VIE À CŒUR, POUR UNE AMÉLIORATION DE LA SANTÉ CARDIAQUE

vendredi, 14 février 2020

– Le centre sportif SANI (Brossard et Boucherville)
est fier d’annoncer l’ouverture de son nouveau programme supervisé par des
kinésiologues spécialisés en réadaptation cardio-vasculaire formés par le personnel
du centre de cardiologie préventive de l’hôpital Hôtel-Dieu de Montréal.
___________________
Ma vie à coeur
Que ce soit pour reprendre graduellement l’activité physique suivant un épisode lié à
une problématique cardiaque, ou dans un objectif de prévention du risque (suite
à un avis de leur médecin), nous pouvons maintenant aider chaque personne grâce
à notre programme spécialisé en réadaptation cardiaque appelé MA VIE À CŒUR.
« Nous sommes heureux de pouvoir offrir à la population de la grande Montérégie ce
nouveau service spécialisé, nécessaire et répondant à un besoin exprimé tant par
notre clientèle, la population que par les professionnels du milieu de la santé présents
sur notre territoire ».
- Affirme Marcel Sanscartier, directeur du club SANI de Brossard et initiateur
du programme MA VIE À CŒUR.
Un programme de douze semaines en petit groupe où sécurité et compétences sont
mises de l’avant. Consultations privées, programme individualisé et bilan sont au
menu de ce nouveau service offert au SANI. À titre de précision, nous pouvons
accueillir les personnes ayant subi un infarctus, un pontage coronarien, une angine
de poitrine ou une angioplastie. De plus, nous pourrons aider toute personne ayant
des facteurs de risques de maladies cardiovasculaires tels que haute tension
artérielle, hypercholestérolémie, diabète, dyslipidémie, embonpoint et autres. Ce
programme peut se prolonger en plusieurs phases selon le besoin de la clientèle.
« Lorsqu’une personne subit une épreuve cardiaque, elle est prise en charge par le
système de la santé. Puis elle est accompagnée dans sa réadaptation, mais après
les 10 à 12 semaines d’encadrement, le système la libère et à ce moment précis, la
personne ne sait plus où se tourner. Certaines personnes tentent l’autonomie, mais
elle se blessent ou encore elles abandonnent faute de résultat. D’autres n’oseront
tout simplement pas. Bien, c’est à ce moment que nous entrerons en jeu ».

- 30 -
- Explique Geneviève Sauvé-Théberge, kinésiologue responsable du
programme MA VIE À CŒUR
« Plusieurs médecins et cardiologues à qui nous avons parlé lors de la création de ce
programme, nous ont exprimé avec beaucoup d’enthousiasme leur intérêt et support
pour cette initiative. Le manque de ressources spécialisées inquiète, le risque de
récidive des personnes affligées par la maladie est bien présent, l’arrivée d’un
programme comme le nôtre encourage ! ».
- Mentionne André Rivard, cardiologue, nouvellement à la retraite.
Notre programme MA VIE À CŒUR pourra aider les personnes désirant changer
leurs habitudes de vie en intégrant davantage l’exercice dans leur quotidien. Par la
prévention, il pourra aider toute personne désirant effectuer un changement sur un
ou plusieurs facteurs de risque «modifiables» des maladies cardio-vasculaires tel
que : le tabagisme, l’hypertension artérielle, le surplus de poids (obésité
abdominale), le diabète, la sédentarité, le taux élevé de cholestérol et le stress.
Un des éléments importants qui frappe la maladie cardiaque, c’est à quel point cela
touche la confiance des gens. La confiance en eux, la confiance en leur nouvelle
capacité physique, la confiance en générale.
Un programme de réadaptation en santé cardiaque a pour but de redonner cette
confiance en soi, il a pour but de reconstruire. Il a aussi pour but d’aider en amont les
gens possédant plusieurs facteurs de risques modifiables de maladies cardiovasculaires avant que cela ne se transforme en problématiques plus importantes.
Pour participer au programme communiquez avec le service à la clientèle de chaque
centre : Boucherville 450.655.9150, Brossard 450.465.7220
«DRAME» DE COEUR
Dans notre démarche de mise en place du programme MA VIE À CŒUR qui
s’adresse tant aux hommes qu’aux femmes, nous avons été renversés de découvrir
la situation de la femme vis-à-vis les maladies cardio-vasculaires et AVC. On associe
largement ces maladies aux hommes. Plus du 2/3 des études cliniques sur ces
maladies portent sur les hommes seulement, alors que les maladies du cœur sont la
cause principale de décès chez les femmes. Plus que tous les décès dû au cancer
réunis. Au Canada, une femme meurt d’une maladie cardiaque tous les 20 minutes!
Les femmes sont plus sujettes que les hommes de mourir de cette maladie. Si elles
n’en meurent pas, elles peuvent faire des crises à répétition et elles sont sévèrement
impactées physiquement et psychologiquement si elles y survivent.
Les femmes réagissent différemment des hommes face à la maladie, entre autres en
raison de leur constitution physique différente au niveau du cœur et des artères, de
la «protection» dû à la ménopause, de leur interprétation et compréhension des
signes de la maladie. Il existe plusieurs facteurs spécifiques chez la femme qui ne
sont encore pas entièrement compris par le monde médical. Tout ceci dans un

- 30 -
système de santé mal équipé pour diagnostiquer, traiter et soutenir la santé
cardiaque des femmes selon l’étude de la Fondation des maladies du cœur et AVC.
Puis selon une enquête effectuée auprès de 2000 femmes, on souligne qu’après une
crise cardiaque les femmes sont moins sujettes à prendre les médicaments qui
peuvent les aider. Les femmes sont aussi 2 fois moins portées que les hommes à
faire de la réadaptation cardiaque et pourtant il est démontré que de participer à ce
genre de programme peut faire diminuer le taux de réadmission à l’hôpital de 31% et
le taux de mortalité de 25%.
Le message aujourd’hui est d’inciter les femmes à être plus à l’écoute de leur corps,
de mettre en priorité leur santé, de parler de comment elle se sente à leur entourage
et de consulter davantage. Le message est aussi de les inviter à agir sur les facteurs
de risques modifiables et d’insérer l’activité physique et les bonnes habitudes de vie
dans leur quotidien.
Dans tous les cas, hommes et femmes, ceux qui s’engagent en réadaptation
cardiaque obtiennent de meilleures aptitudes fonctionnelles ainsi qu’une meilleure
qualité de vie et sont moins enclins à souffrir de dépression.
MA VIE À CŒUR, un programme assurément gagnant.

0.0/5 Note (0 votes)

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité.

Contact

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Tous droits reservés © 2014 La télévision de la Vallée-du-Richelieu
Propulsé par 7Dfx